Le saviez-vous ? Trois choses qu'on ne vous a jamais dites sur Pâques.

agrandir Le saviez-vous ? Trois choses qu'on ne vous a jamais dites sur Pâques.
© gitusik/FOTOLIA
Le saviez-vous ? Trois choses qu'on ne vous a jamais dites sur Pâques.
© gitusik/FOTOLIA

À propos de l'article

  • Publié par :Coordonné par Dominique Lang et Isabelle Vial
  • Édité par :Laurence Faure
  • Publié dans Pèlerin
    7011 du jeudi 13 avril 2017.

Les cloches voyageuses

À l’issue de la célébration du Jeudi saint, les cloches, qui sonnent habituellement dans les églises, se « taisent », pour respecter le silence des jours intenses qui suivent. Dans certaines régions, du coup, des crécelles sont utilisées, à leur place, pour annoncer les offices. La tradition populaire imagine ces cloches s’envolant vers Rome pour être bénies par le pape. Elles « reviendront » le dimanche, à coup sûr, pour sonner la bonne nouvelle de la Résurrection. Et laisser tomber, sur leur parcours, des friandises et des œufs dans les jardins et sur les balcons.

Le chiffre : 115.000

C’est le nombre d’agneaux qui seront servis en France sur les tables à l’occasion des fêtes de Pâques. Paradoxe cruel pour cet animal qui symbolise l’innocence et le renouveau de la nature au printemps. Contrairement aux traditions juives et musulmanes, la consommation d’agneau chez les chrétiens ne relève pas d’un rituel religieux mais d’habitudes culturelles et familiales. On est donc bien loin de « l’Agneau pascal » qu’est symboliquement le Christ lui-même. Offert en sacrifice sur la Croix, pour « enlever le péché du monde », il a, de fait, mis fin, par sa mort, à tous les sacrifices rituels sanglants religieux traditionnels.

Lapins, poules et œufs

La coutume d’offrir des œufs décorés, bien avant l’ère chrétienne, marquait le retour de la fécondité de la terre. Dans le monde chrétien, l’interdiction de manger viande et œufs pendant le Carême a sans doute encouragé son maintien. De fait, les œufs pondus durant le Carême étaient alors bénis, décorés puis offerts aux enfants. En Alsace et dans les pays de culture germanique, c’est le lapin, autre symbole de fertilité, qui est d’usage et qui « fournit » les œufs devenus sucreries.


01-edito4959059740349248392.indd[-1_-1xoxar]

Retrouvez notre dossier complet (en partenariat avec RTL) sur Pâques, dans le numéro 7011 de Pèlerin du jeudi 13 avril 2017.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 octobre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières