Une petite “Jérusalem-sur-Isère”, Romans-sur-Isère (Drôme)

Prix Pèlerin des croix et chemins.

Grand Prix Pèlerin du Patrimoine : l'édition 2017

Concours « Un patrimoine pour demain » 2013

À propos de l'article

  • Publié par :Sophie Laurant
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    4 novembre 2016

Passée la grille ouvragée, une ambiance romantique de cimetière italien règne en ce lieu de recueillement. S’ouvre alors une allée bordée de chapelles funéraires tandis que sur la gauche, se dresse, glorieux, un Golgotha. C’est dans ce calvaire, voisin du couvent des Récollets, qu’aboutit le chemin de croix qui serpente dans les rues de Romans.

Construit il y a cinq cents ans, par un pieux bourgeois qui souhaitait faire de sa ville une « nouvelle Jérusalem », il compte plus de quarante stations qui forment un parcours appelé « le grand voyage » en référence au pèlerinage en Terre sainte. « Seule la chapelle du Saint-Sépulcre, derrière le Golgotha, a échappé aux guerres de religion et à la Révolution, précise Laurent Jacquot, adjoint au Patrimoine. Les autres stations, que l’on admire aujourd’hui, datent des années 1830-1840 et sont de style néogothique ou néoclassique. »

À cette époque, une grande campagne en faveur du chemin de croix en a permis la reconstruction. Des notables offrent, avec leur chapelle, une station supplémentaire. Mais cet ensemble atypique risquait de s’effondrer pour avoir été mal réparé et parce que les arbres ont bousculé les pierres. Le chantier actuel, mené par la municipalité, et auquel le prix Pèlerin avec l’Association Notre-Dame-de-la-Source contribue, va consolider les monuments.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 23 février 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières