Des croix de nos chemins aux temples syriens

agrandir Emilie Baudrais, mosaïste, lauréate 2015 du Prix "Pèlerin" du jeune d’artisan d’art.
Emilie Baudrais, mosaïste, lauréate 2015 du Prix "Pèlerin" du jeune d’artisan d’art. © Rodolphe Escher
Emilie Baudrais, mosaïste, lauréate 2015 du Prix "Pèlerin" du jeune d’artisan d’art.
Emilie Baudrais, mosaïste, lauréate 2015 du Prix "Pèlerin" du jeune d’artisan d’art. © Rodolphe Escher

C’est parti pour la 25e édition du Grand Prix Pèlerin du Patrimoine qui rassemble tous les passionnés du patrimoine de nos régions. Un événement qui a lieu, comme le souligne Catherine Lalanne, rédactrice en chef, dans un contexte particulier un patrimoine en danger au Moyen-Orient.

Grand Prix Pèlerin du Patrimoine : l'édition 2017

Concours « Un patrimoine pour demain » 2013

À propos de l'article

  • Créé le 04/11/2015
  • Publié par :Catherine Lalanne
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    6936, du 5 novembre 2015

Vingt-cinq ans déjà ! Le temps a filé à toute allure depuis que notre hebdomadaire a décidé de s’engager dans la sauvegarde du patrimoine. Aux côtés de ses défenseurs, Pèlerin a contribué à restaurer de nombreux trésors de nos régions : chapelles, granges, croix, oratoires, lavoirs ou carillons bénéficient de notre soutien depuis un quart de siècle.

On ne compte plus les merveilles profanes et sacrées préservées de l’oubli, grâce aux dotations de notre concours ! Et que dire des centaines de lauréats dont les visages sont associés à la transmission de notre héritage.

À Pèlerin, la culture et les hommes, le génie et l’humain marchent main dans la main.  Le patrimoine n’a de valeur que si les citoyens s’en emparent et s’associent pour le préserver ; l’histoire n’a de sens que si les générations la revisitent et s’appuient sur elle pour se projeter. Car la transmission des chefs-d’œuvre de ceux qui nous ont précédés fonde notre confiance en demain.

Erik Orsenna, parrain de cette 25e édition du Grand Prix Pèlerin du patrimoine, l’affirme :


Si nos pères ont été capables de prodiges, s’ils ont consacré leur vie à les créer, à les préserver et nous les léguer, alors nous pouvons, à notre tour, bâtir un monde pour nos enfants ! 

À l’inverse, briser les maillons de la chaîne, faire table rase du passé, prive les peuples d’avenir. C’est l’objectif de Daech qui saccage tout sur son passage, dynamite les cités, mutile l’humanité pour que l’ignorance et la peur l’emportent sur la connaissance.

Comment ne pas réagir face à de telles exactions ? Alors que nous avons la chance de vivre dans un pays en paix, de préserver notre patrimoine sacré, comment laisser détruire Palmyre et tant de sites prestigieux en Irak et en Syrie sans nous sentir concernés ?

Pour ne pas rester les bras croisés, Pèlerin a choisi de soutenir de jeunes archéologues du Proche-Orient. Privés de subsides et de travail en raison du conflit, ils ont besoin de fonds pour finir leurs recherches et publier leurs thèses. Quand la guerre cessera et que le temps de rebâtir viendra, leur documentation permettra de relever ce que les djihadistes ont ruiné. Grâce à leur mémoire, la barbarie n’aura pas le dernier mot !

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 23 mars 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières