Renaissance d'une église condamnée à la destruction

agrandir Renaissance d'une église condamnée à la destruction
Renaissance d'une église condamnée à la destruction © François Wawrant
Renaissance d'une église condamnée à la destruction
Renaissance d'une église condamnée à la destruction © François Wawrant

Lumbres, dans le Pas-de-Calais, s'est mobilisé pour la restauration de son église, vouée à la démolition. Elle vient d'être rendue au culte.

Grand Prix Pèlerin du Patrimoine : l'édition 2017

Concours « Un patrimoine pour demain » 2013

À lire aussi

À propos de l'article

  • Créé le 31/05/2013
  • Modifié le 31/05/2013 à 14:00
  • Publié par :Philippe Royer
  • Édité par :Caroline Chabir
  • Publié dans Pèlerin
    6803, du 18 avril 2013

À l'heure où fleurissent les « affaires » de démolition d'églises du XIX e siècle, jugées en trop mauvais état pour être restaurées - dernière en date, celle d'Abbeville (Somme) -, la réouverture de l'église Saint-Sulpice de Lumbres prouve qu'une très forte mobilisation peut inverser la vapeur.

L'église de ce bourg de 3 800 habitants, près de Saint-Omer, avait été « condamnée » en 2008 par le diocèse, son propriétaire, pour en bâtir une neuve à la place. « Le bâtiment n'était plus entretenu depuis vingt ans. L'eau de pluie s'était infiltrée dans les piliers, qui se désagrégeaient. Malgré cela, nous restions convaincus qu'elle pouvait être restaurée », se souvient Daniel Wawrant, secrétaire de l'Association de sauvegarde.

Au bout d'un an de négociations, l'évêché a laissé la maîtrise d'œuvre à l'association, mais aussi la responsabilité du financement des travaux, estimés à 1,3 million d'euros. Souscription sous la houlette de la Fondation du patrimoine, concours Un patrimoine pour demain Pèlerin, cru 2011...

► Vidéo. Remise des prix Un Patrimoine pour demain : l'église Saint-Sulpice de Lumbres. Pèlerin (5 min 24)

 

L'association a réussi à lever les fonds. Le conseil général a accordé une subvention de 200 000 € au titre du « patrimoine d'intérêt départemental ». Tant et si bien que la restauration aura pris trois années au lieu des sept prévues au départ !

Le dimanche de Pâques s'est tenue la première messe, devant des paroissiens heureux de retrouver leur clocher historique. « Il nous reste à rembourser un emprunt de 150 000 € souscrit pour accélérer l'achèvement des travaux ! », tient à signaler Daniel Wawrant. Avis aux mécènes !

► Pour plus d'informations sur le concours Un Patrimoine pour demain.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 mai 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières