Dimanche 26 juin - Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (Lc 9, 51-62)

agrandir « Je te suivrai partout où tu iras. » (Lc 9, 51-62)
« Je te suivrai partout où tu iras. » (Lc 9, 51-62) © Olivier Balez
« Je te suivrai partout où tu iras. » (Lc 9, 51-62)
« Je te suivrai partout où tu iras. » (Lc 9, 51-62) © Olivier Balez

Dimanche 26 juin - Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (Lc 9, 51-62). Afin de vous aider à préparer votre messe, découvrez le commentaire d'évangile de sœur Nathalie Becquart.

À propos de l'article

  • Créé le 22/06/2016
  • Publié par :Sœur Nathalie Becquart
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6969 du 23 juin 2016

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (Lc 9, 51-62)

Comme s’accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel, Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem. Il envoya, en avant de lui, des messagers ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer
sa venue. Mais on refusa de le recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem.

Voyant cela, les disciples Jacques et Jean dirent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions qu’un feu tombe du ciel et les détruise ? » Mais Jésus, se retournant, les réprimanda. Puis ils partirent pour un autre village. En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. » Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »

Il dit à un autre : « Suis-moi. » L’homme répondit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. » Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. » Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison. »

Jésus lui répondit : « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le royaume de Dieu. »

Son secret

Dans ce passage de l’Évangile, Jésus, décidé, se met résolument en route vers Jérusalem. Il prend le risque d’avancer, avec ses disciples, malgré les oppositions et la menace d’une mort probable qui pèse sur lui.

L’Évangile doit passer partout, avancer malgré tout, même s’il faut y laisser sa vie ! C’est le don d’un Amour qui va jusqu’au bout. Il met en mouvement, désinstalle et invite à aller toujours plus loin sur le chemin du Royaume.

Répondre à l’appel du Christ – « suis-moi » –implique de mettre Dieu au centre de tout et, de tout ordonner à ce choix prioritaire de l’annonce du Royaume. Jésus ouvre la voie et donne le rythme : ne pas répondre par la vengeance, refuser le mal, sortir de son confort, choisir ce qui construit et fait vivre davantage, entrer dans une fraternité universelle, garder le cap dans le combat spirituel sans regarder en arrière.

J’en fais souvent l’expérience. J’en suis témoin dans l’écoute des jeunes chrétiens engagés : le grand désir généreux « Je te suivrai partout où tu iras » rencontre l’épreuve de nos limites et de nos péchés. Ils créent un grand décalage entre l’élan premier et la réalité concrète imparfaite de nos manières d’agir.

Le découragement guette et la tentation d’abandonner apparaît. Mais Jésus, par sa marche résolue vers Jérusalem, nous entraîne jusqu’au bout. Il nous apprend à tenir dans la durée. Le secret c’est de durer !

Sœur Nathalie Becquart, 47 ans, religieuse xavière, est directrice du Service national pour l’évangélisation des jeunes et pour les vocations, à la Conférence des évêques de France.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières