Dimanche 22 mai - Evangile de Jésus-Christ selon Saint-Jean (Jn 16, 12-15)

agrandir "Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière." (Jn 16, 12-15)
"Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière." (Jn 16, 12-15) © Olivier Balez
"Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière." (Jn 16, 12-15)
"Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière." (Jn 16, 12-15) © Olivier Balez

Pour vous aider à vous préparer à dimanche, lisez le commentaire de la première lecture de Dimanche, proposé par Frère Benjamin Dewitte-Dubrana.

À propos de l'article

  • Publié par :Frère Benjamin Dewitte-Dubrana
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6964 du 19 mai 2016

Évangile de Jésus-Christ selon Saint-Jean (Jn 16, 12-15)
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter.

Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière.

En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître.

Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.

Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

1+1+1 = 1 ?

L’Inventeur de nos cerveaux est étonnant. Il se présente de manière bien compliquée à nos intelligences.

Mais faut-il comprendre Dieu ? Comprendre, c’est-à-dire « inclure, contenir en soi, englober ». Ce n’est pas très relationnel comme mot. Or, Dieu, même s’Il s’est laissé charnellement saisir, demeure l’insaisissable.

Son Esprit ? On ne sait ni d’où Il vient ni où Il va, comme l’a enseigné Jésus à Nicodème. Faut-il pour autant renoncer à dire quoi que ce soit sur Dieu ? Le Verbe serait mal placé pour nous demander de nous taire. Mais avant notre premier son, il y a eu neuf mois de silence.

La meilleure réponse au mystère de la Trinité, c’est sans doute commencer par se taire. Et, seulement ensuite, quelques balbutiements.

Reprenons : 1 x 1 x 1 = 1. Ça va mieux ?

Osons les maths poétiques (autrement appelées « mystiques ») ; elles ne nous feront pas de mal.

L’addition sonne « avoir », une basique superposition de choses. La multiplication sonne « relation ». Chaque élément exerce une action sur l’autre, et réciproquement.

Je pourrais développer, mais je crois que c’est désormais à moi de me taire pour vous laisser à vos tables de multiplications divines.

Un indice : pas d’Amour sans altérité, sans pluralité. En Dieu point de solitude.

Interro au jugement dernier, mais rassurez-vous : il n’y aura pas de note. Tout au plus des lettres : une multiplication de mots d’Amour.

Frère Benjamin Dewitte-Dubrana
32 ans, diacre et salésien de Don Bosco, il consacre sa vie aux jeunes d’Argenteuil (Val-d’Oise) où il vit en communauté. Il est musicien et « rocker chrétien ».

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 5 avril 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières