P. Yves-Marie Blanchard, professeur de théologie : "L'Apocalypse ouvre sur la nouveauté"

agrandir Les quatre cavaliers de l'Apocalypse (1562), de Juan Gerson. Cette fresque est à admirer au monastère de Saint-François d'Assise, à Tecamachalco
Les quatre cavaliers de l'Apocalypse (1562), de Juan Gerson. Cette fresque est à admirer au monastère de Saint-François d'Assise, à Tecamachalco © Gilles Mermet / La Collection
Les quatre cavaliers de l'Apocalypse (1562), de Juan Gerson. Cette fresque est à admirer au monastère de Saint-François d'Assise, à Tecamachalco
Les quatre cavaliers de l'Apocalypse (1562), de Juan Gerson. Cette fresque est à admirer au monastère de Saint-François d'Assise, à Tecamachalco © Gilles Mermet / La Collection

Pour le P. Yves-Marie Blanchard, professeur de théologie à l'Institut catholique de Paris et auteur d'un livre sur l'Apocalypse, la fin du monde doit inspirer la confiance plutôt que la peur.

À propos de l'article

  • Créé le 03/04/2012
  • Modifié le 27/01/2014 à 12:00
  • Publié par :Laurence Desjoyaux
  • Édité par :Marine Bisch
  • Publié dans Pèlerin
    6766 du 02 août 2012

PèlerinQue disent les chrétiens de la fin du monde ?
P. Yves-Marie Blanchard. Nous avons une conviction : Dieu seul est éternel. L'Univers est le fruit d'une création, il a un commencement et donc une fin. Quelle sera cette fin ? C'est un mystère. Nous pouvons, cependant, nous inspirer de ce qui nous arrive à chacun : une naissance, la mort et, espèrent les chrétiens, la vie éternelle.
De même, la fin du monde est moins une catastrophe définitive qu'une transformation. Elle ouvre sur la nouveauté. C'est seulement la fin d'un monde. 

Photo-P.-Yves-Marie-Blanchard

Que nous racontent les récits apocalyptiques ?
Ils décrivent par des images ce que nous sentons par la foi. Ce courant littéraire est très vivant dans le judaïsme deux siècles avant Jésus-Christ, puis dans le christianisme deux siècles après. De nombreuses apocalypses ont été écrites à cette époque, la plus célèbre étant celle de saint Jean.

Comment comprendre ce texte mystérieux ?
Paradoxalement, il ne prétend pas instruire sur la fin du monde mais sur le présent. Au Ier siècle, les chrétiens sont persécutés et vivent dans la crainte. Saint Jean les invite à l'espérance en se projetant dans la fin des temps.
Il affirme que, quelle que soit la violence des crises historiques ou des catastrophes naturelles, le dernier mot de l'histoire appartient à Dieu. Un avenir radieux est promis. C'est la "Jérusalem céleste", l'image d'une humanité réconciliée avec Dieu et avec elle-même.
C'est une ville solide mais dont les portes sont toujours ouvertes. Une ville où il n'y a plus de temple car Dieu est présent en chacun et en tous. Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'au lieu de s'inquiéter pour la fin du monde, il vaut mieux se préparer à notre propre fin, notre mort et notre résurrection.

Cette vision de la fin du monde est-elle partagée par d’'autres religions ?
Les religions du Livre partagent la conviction que l'Univers a une fin, tandis que les traditions orientales ont une vision plus cyclique qui suppose un éternel retour des choses. On oppose souvent le judaïsme qui attend la venue d'un Messie et le christianisme qui attend son retour.
Effectivement, pour les chrétiens, la figure de Jésus est la clé de l'histoire de l'Univers. Mais, tout comme les juifs, ils sont dans un mouvement d'attente. " Viens Seigneur Jésus ! " est la dernière phrase de la Bible.

Les chrétiens ont-ils peur de la fin du monde ?
Ils ne sont pas insensibles ! Toute destruction entraîne souffrance et peur. Cependant notre foi nous pousse à envisager les choses avec sérénité. La lecture de l'Apocalypse nous incite à nous convertir individuellement de façon à ce que ce mystère de vie et d'amour plus grand que la mort commence à se révéler dès aujourd'hui.
Nous ne pouvons pas nous détourner de nos responsabilités historiques. Au contraire, nous sommes appelés à regarder le présent avec confiance, sûrs que, quelles que soient les difficultés, Dieu a le dernier mot. Et ce dernier mot est à la vie, à la lumière.

►  L’'Apocalypse, d’'Yves-Marie Blanchard, Éd. de l’'Atelier, coll. "La Bible tout simplement", 2004, 160 p. ; 16,25 €€.

6766 La fin du monde c'est du cinéma

"La fin du monde, c'est du cinéma" , une enquête de cinq pages à lire dans Pèlerin n °6766 du 02 août 2012

Dans Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare, en salle le 8 août, les humains n'ont plus que trois semaines à vivre avant que la Terre n'explose. L'occasion de se pencher sur ce phénomène des films catastrophes, largement illustré par le cinéma américain et prisé du public. Au grand écran, l'apocalypse a de beaux jours devant elle...

■   Trouvez Pèlerin chez le marchand de journaux le plus proche de chez vous (entrez "Pèlerin" puis votre adresse postale).

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 14 juin 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières