Les belles rencontres selon saint Luc

agrandir Le texte de l'Evangile de saint Luc présente des personnages singuliers et pleins d'humanité : le bon Samaritain, Syméon, Lazare ... Des figures qui inspirent toujours nos contemporains.
Le texte de l'Evangile de saint Luc présente des personnages singuliers et pleins d'humanité : le bon Samaritain, Syméon, Lazare ... Des figures qui inspirent toujours nos contemporains. © Olivier Balez
Le texte de l'Evangile de saint Luc présente des personnages singuliers et pleins d'humanité : le bon Samaritain, Syméon, Lazare ... Des figures qui inspirent toujours nos contemporains.
Le texte de l'Evangile de saint Luc présente des personnages singuliers et pleins d'humanité : le bon Samaritain, Syméon, Lazare ... Des figures qui inspirent toujours nos contemporains. © Olivier Balez

Le bon Samaritain, Syméon, les disciples d’Emmaüs. Autant de personnages incontournables de la vie de Jésus. Mais avez-vous noté qu’ils n’apparaissent que dans le troisième évangile ?

À propos de l'article

  • Créé le 27/04/2016
  • Publié par :Dominique Lang
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6960 du 21 avril 2016

Parmi les quatre auteurs officiels de récits rapportant les faits et gestes de Jésus de Nazareth, l’évangéliste Luc tient une place à part.

D’origine païenne et de culture grecque, il est un témoin de seconde main, rapportant des faits que d’autres lui ont racontés. Mais la richesse du récit du troisième Évangile, rédigé aux alentours des années 80-85 ap. J.-C., montre que son auteur a mené une véritable enquête auprès des apôtres et des proches de Jésus.

En commençant d’abord par le témoignage de son maître et ami, Paul de Tarse. « Luc, le compagnon de Paul, consigna en un livre l’évangile que prêchait celui-ci », explique ainsi l’évêque Irénée de Lyon à la fin du IIe siècle. C’est ainsi que la tradition chrétienne a attribué ce texte à cet homme qui a accompagné Paul au fil de ses voyages, entre la cité gréco-romaine de Philippes, en Macédoine, et la grande Antioche de Syrie.

Peut-être en a-t-il profité aussi pour le soigner au cours de ses nombreuses missions, puisque Paul le désigne comme un « médecin bien-aimé » (Col 4, 14).

Portraits et paraboles

Lettré, Luc était aussi tout désigné pour mettre par écrit ses souvenirs. Et il le fait en présentant Jésus avec une belle humanité, étant le seul, par exemple, à évoquer vraiment son enfance.

A-t-il pris le temps, pour cela, d’aller rencontrer Marie, la mère du Nazaréen ? Est-il, du coup, comme le dit une tradition ancienne, l’auteur du premier portrait peint de cette femme, ouvrant ainsi la porte au grand monde des icônes de l’Orient ?

Le texte de l’Évangile de Luc, en tout cas, évoque à maintes reprises la figure de Marie, mais aussi de bien d’autres témoins qui n’apparaissent souvent que chez cet auteur. C’est le cas des huit personnes présentées dans notre dossier spécial (Pèlerin n°6960). De même, le récit de certaines paraboles inédites parmi les plus belles de l’enseignement de Jésus.

De fait, son texte contient environ 40 % d’épisodes qu’aucun des trois autres évangélistes ne cite.

De plus, Luc était bien placé pour raconter la fondation des premières communautés chrétiennes. Ce sera, du coup, le sujet de son autre livre, les Actes des Apôtres, qui poursuit immédiatement le récit évangélique.

Au final, sous la plume de Luc, on a affaire à l’œuvre littéraire la plus longue du Nouveau Testament. Si la tradition ancienne attribue le troisième Évangile à ce Luc, ami de Paul, le texte de l’Évangile lui-même ne le dit jamais explicitement.

Tout comme il ne précise pas davantage à quelle communauté il dédie ses écrits. S’il s’adresse bien parfois à un certain Théophile – « l’ami de Dieu » –, on peut aussi y voir un terme générique : les disciples du Christ ne sont-ils pas tous potentiellement des « théophiles » ?

Une lecture attentive des textes montre d’ailleurs que si l’auteur connaît la version grecque de la bible juive, il n’a visiblement jamais mis les pieds en Palestine. Les spécialistes du texte biblique imaginent qu’il pourrait donc faire partie de ces « craignants Dieu », des païens grecs qui étaient attirés par la foi au Dieu unique d’Israël. ­

Converti au Christ, Luc veut faire connaître au plus grand nombre, la vie de ce Nazaréen juif qui a bouleversé sa vie.

▶ Quiz. Saurez-vous retrouver qui sont ces personnages présentés par saint Luc ?

 

Les belles rencontres selon saint Luc

Serez-vous retrouver qui sont ces personnages présentés par Saint Luc ?

© Olivier Balez

Magré son âge et sa stérilité, elle met au monde Jean-Baptiste, le précurseur de Jésus.

Marie

Elisabeth

Marthe

Alors qu'un homme, blessé, est ignoré par les siens, c'est lui qui le prend en charge

Simon de Cyrène

Syméon

Le bon Samaritain

Il aura attendu le grand âge pour voir aboutir son attente : il reconnaît le Messie sous les traits d'un enfant

Pierre

Abraham

Syméon

Soeur de Marthe, elle a choisi la "bonne part" près du Christ

Isabelle

Elisabeth

Marie

Il a été sorti de son tombeau par Jésus. C'est aussi le pauvre qui meurt, à la porte d'un riche égoïste.

Le bon larron

Lazarre

Saint François d'Assise

S'il accueille Jésus à sa table, il ne peut s'empêcher de juger la femme qui pleurer à ses pieds

Jacques le majeur

Barthélémy

Simon

Il est connu pour être collecteur d'impôts mais aussi pour son sycomore. Il rend au quadruple ce qu'il avait volé.

Joseph d'Arimathie

Pierre

Zachée

Parmi les deux soeurs, elle est celle qui agit d'abord. Jusqu'à être trop affairée.

Anne

Marthe

Marie Madeleine



Retrouvez notre dossier complet dans Pèlerin n°6961 du 28 avril 2016.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 10 août 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières