24 heures avec les moines de Sainte-Foy de Conques

Agrippée sur le flanc d'une colline aveyronnaise, Sainte-Foy de Conques, joyau de l'art roman, est une étape pour les pèlerins en route vers Saint-Jacques. Venez faire connaissance avec la petite communauté de frères de l'ordre des Prémontrés.

Il est 21 heures et des rires fusent sur le parvis de l'abbatiale Sainte-Foy de Conques. Ce joyau de l'art roman orne le flanc d'une colline escarpée, en Aveyron, sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Au pied du tympan du XIIe siècle, frère Jean-Daniel commente avec verve le tableau de pierre vivant : autour du Christ juge et roi, une centaine de personnages racontent la sérénité du paradis et les affres de l'enfer.

« Là, un diable tire sur une corde et une poulie pour que soit étouffé l'avare avec sa propre bourse pendue au cou, pendant qu'un serpent lui pique les mollets : très mauvaise position ! », plaisante-t-il. Après son décryptage humoristique des scènes, frère Jean-Daniel invite les visiteurs et pèlerins à entrer dans l'abbatiale pour une veillée en son et lumière.

À 21 h 30 précises, frère Jean-Daniel fait retentir le grand orgue. Soudain, la nef élancée semble grandir encore vers le ciel. La perfection de l'architecture, les volutes de la musique, la lumière du soir dansant à travers les vitraux translucides de Pierre Soulage : l'instant est sacré.

Le lendemain, il se lève juste à temps pour être à l'heure au premier rendez-vous de la journée avec ses frères : la prière des laudes, à 7 h 30, suivie de la messe. Dans le sanctuaire de l'abbatiale, à la croisée du transept et de la nef, il retrouve frère Cyrille (le prieur), frère Donatien, frère Evermode et frère Jean-Régis. Tous les cinq forment une petite communauté de l'ordre des Prémontrés, rattachée à l'abbaye de Mondaye, en Normandie.


À l'inverse des moines qui travaillent dans les limites d'une clôture, nous avons des charges pastorales au service de la paroisse et du diocèse

→ explique frère Cyrille.

Après le petit déjeuner qui suit la messe, chacun vaque donc à ses activités extérieures. Une fois par semaine, frère Evermode se rend à l'aumônerie de l'hôpital psychiatrique de Rodez. Frère Jean-Daniel, lui, anime l'aumônerie du collège à Marcillac, à 18 km de Conques, ainsi que le catéchisme des enfants d'un village voisin. Frère Cyrille, outre ses fonctions de prieur et de recteur de l'abbatiale, est prêtre coopérateur de la paroisse Saint-Vincent-du-Vallon. Il est secondé notamment par frère Jean-Régis pour répondre aux demandes de sacrements et de célébrations dans les quatre villages proches de Conques.

A l'heure des vêpres, dans le sanctuaire, les frères chantent à quatre voix un long cantique. Une lumière intense perce les vitraux, inonde le chœur et fait éclater la blancheur des habits. En silence, les frères rejoignent le prieuré où les attend le dîner communautaire. Pendant ce temps, au réfectoire de l'hôtellerie, une centaine de marcheurs et pèlerins partagent repas et conversations dans un joyeux brouhaha.


Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières