Pour le Pr Françoise Forette : “bien vieillir, c’est d’abord bien vivre”

agrandir Madame Françoise Forette chez elle à Paris le 8 janvier 2016.
Madame Françoise Forette chez elle à Paris le 8 janvier 2016. © Valérie Couteron
Madame Françoise Forette chez elle à Paris le 8 janvier 2016.
Madame Françoise Forette chez elle à Paris le 8 janvier 2016. © Valérie Couteron

Dans un livre paru récemment*, la célèbre médecin, spécialiste de gériatrie, combat plusieurs idées reçues sur le vieillissement et explique comment bien se préparer.

À propos de l'article

  • Publié par :Isabelle Vial
  • Édité par :Aude Loyer-Hascoët
  • Publié dans Pèlerin
    6947 du 21 janvier 2016

Que peut-on faire pour bien vieillir ?

Il s’agit d’abord de bien vivre. La prévention demeure très efficace après 60 ans, mais si on commence avant, c’est encore mieux ! Respecter, le plus tôt possible, un certain nombre de principes d’hygiène de vie est une des clés d’un vieillissement actif et en bonne santé. Mais il n’est jamais trop tard pour le faire.

Pourquoi faut-il « préparer » sa vieillesse ?

Si nous avons fait des progrès majeurs depuis les années 1950 sur le traitement des maladies, on se heurte toujours à une absence de traitement pour certaines d’entre elles. On sait aujourd’hui, avec l’épigénétique que, si l’on ne peut encore modifier nos gènes, nos comportements peuvent changer la façon dont ils s’expriment. Quel espoir !

Comment agir ?

Commençons par faire attention à notre alimentation. Contrairement aux idées reçues, les besoins nutritionnels ne décroissent pas avec l’âge. Pour retrouver l’appétit, parfois défaillant, il faut recréer une envie de manger. On peut replacer dans sa liste de courses des aliments que l’on aimait bien, réfléchir au menu pour se mettre en appétit, se remobiliser pour agencer une jolie table…

Si on le peut, il est aussi important de prolonger sa vie professionnelle. Cela permet de maintenir une stimulation du cerveau. Si ce n’est pas possible, ou pas souhaité, il est important de remplacer son travail par un engagement : bénévolat, implication dans la vie de famille, activités sportives ou ludiques…

L’exercice physique est-il encore possible ?

Bien sûr ! Une étude a révélé que l’augmentation de l’activité physique à l’âge mûr est suivie d’une réduction de la mortalité identique à celle observée chez ceux qui ont toujours fait du sport. Il faut choisir une activité qui plaise. Une des meilleures est la marche : elle diminue la mortalité de façon significative, mais aussi, ce qui est plus nouveau, la maladie d’Alzheimer.

Cela nécessite des efforts…

Ne plus sortir de chez soi, ne plus se motiver pour accepter des invitations est pénalisant pour l’organisme. Le plus grand ennemi, c’est le canapé ! On se dit : « J’ai fini de travailler, maintenant je me repose ; moins je vois du monde, mieux je me porte. » Non ! Il faut garder le maximum de relations sociales, inviter ses amis à bouger ensemble ou à partir en vacances…

Les relations sociales sont capitales pour une bonne santé, tout particulièrement les vrais contacts, pas seulement les mails et le téléphone. Certains diktats voudraient qu’en vieillissant, on doive « se détacher de tout ». Je crois au contraire qu’il faut continuer à être dans l’action. C’est quand on appartient à la vie que la vie vous le rend. La sérénité, ce sera pour encore plus tard !


6947 f forette livre

* J’ai choisi de bien vieillir, de Françoise Forette et Laurence Dorlhac, Éd. L’Archipel, 207 p.; 17,95€

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 octobre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières