Sur le web, un réseau de Gens de confiance

agrandir Sur le web, un réseau de Gens de confiance
© Illustration : Marine Degano
Sur le web, un réseau de Gens de confiance
© Illustration : Marine Degano

Ce site privé de petites annonces couvre toute la France. Sa particularité : on y entre par cooptation. Son objectif : favoriser la confiance entre utilisateurs et limiter les arnaques.

À propos de l'article

  • Publié par :Laurence Faure
  • Édité par :Laurence Faure
  • Publié dans Pèlerin
    7007 du Jeudi 16 mars 2017

Roch, 60 ans, qui a monté une brocante à Valence (Drôme), veut développer son affaire sur Internet. Quelques essais infructueux via Le bon coin ou eBay le refroidissent. « Peu de réponses, plusieurs tentatives d’arnaque », précise-t-il. Ces déconvenues le poussent à essayer Gens de confiance, réseau de petites annonces (immobilier et services), fondé en 2014, que ses cousins lui recommandent.

Sa plus-value ? La fiabilité des personnes avec lesquelles il traite et les bonnes pratiques qui sont de mise sur ce réseau, sur lequel on entre par cooptation. « Il y a des règles très précises, à commencer par le fait de s’engager à répondre lorsqu’une transaction est ouverte », précise Roch. Les trois associés qui dirigent le site, jeunes entrepreneurs nantais, proposent aux plus actifs de devenir eux-mêmes modérateurs… « S’il existe un doute sur la fiabilité d’une personne qui veut s’inscrire, nous lui demandons de trouver davantage de parrains que les trois réglementaires », complète Nicolas Davoust, le fondateur. Son équipe joue aussi un rôle de médiation (rectification d’informations, annulation de transactions…).


Il y a des règles très précises, à commencer par le fait de s’engager à répondre lorsqu’une transaction est ouverte

Au total, une dizaine de plaintes par mois à régler. Résultat, Gens de confiance revendique aujourd’hui 150.000 utilisateurs et 15.000 nouvelles annonces par mois. Le site se finance à hauteur de 60% par dons privés et 40% par les remontées d’annonces payantes. « Pour soutenir ce travail de qualité, je fais régulièrement un don à Gens de confiance sur mes propres plus-values », explique Roch.

Business et liens solidaires

Anne-Marie, 70 ans, habitante d’Alès (Gard), a découvert le réseau via un blog, en 2014. Déçue par d’autres sites et désireuse, au départ, de revendre des vêtements, elle s’inscrit sur Gens de confiance qui devient alors, pour elle, bien plus qu’une plateforme commerciale. Parmi ses expériences fortes : l’accueil d’une personne qui débarquait à Alès sans réseau ; le soutien financier à une jeune maman désemparée après le décès de son mari ; un échange épistolaire avec un jeune garçon en difficulté sociale, à qui Anne-Marie a donné des livres. Car ce site permet aussi aux internautes de tisser des liens solidaires.


Gens de confiance devient alors, pour elle, bien plus qu’une plateforme commerciale

Nicolas Davoust, son fondateur, ne cache pas ses convictions chrétiennes. « Nos premiers inscrits sont venus de nos relations et du milieu catholique, explique-t-il, mais nous ne souhaitions pas rester entre nous. Notre réseau veut responsabiliser les utilisateurs, dans un esprit de bienveillance. Si nos membres se retrouvent sur des valeurs communes et que cela les met en confiance, tant mieux. » Roch et Anne-Marie acquiescent. Le premier a parrainé son gendre, « couvreur et musulman », la seconde a coopté, entre autres, une commerçante d’Alès, non pratiquante. « Dans un contexte économiquement difficile pour mon entreprise, j’apprécie surtout l’esprit familial insufflé par les trois gérants, très présents et réactifs face à nos demandes », conclut Roch.

« C’est tout de même un réseau essentiellement citadin », tempère Claire, 64 ans, autre utilisatrice. « Quand une proposition m’intéresse, elle est souvent située loin de chez moi, explique cette habitante d’un village bourguignon isolé. Les prix ne sont pas particulièrement attractifs non plus. Mais la cooptation est un gage de sécurité. Gens de confiance parraine toujours des personnes “sûres” et c’est une vraie valeur ajoutée ! »

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 23 mars 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières