Spiritualité : cette messe qui a changé ma vie

agrandir Spiritualité : cette messe qui a changé ma vie
© sean824/Fotolia
Spiritualité : cette messe qui a changé ma vie
© sean824/Fotolia

Béatrice, 58 ans, grand-mère, auteure de livres pour la jeunesse, témoigne de son expérience de l'amour de Dieu lors d'une messe, au cœur d'une période de dépression.

À propos de l'article

  • Publié par :Propos recueillis par Dominique Lang
  • Édité par :Laurence Faure
  • Publié dans Pèlerin
    7001 du Jeudi 2 février 2017

C’était il y a une dizaine d’années, l’après-midi du Jeudi saint. Je suis à la maison et je viens de terminer mes activités. « Au fait, il n’y a pas un office aujourd’hui ? » Je regarde la feuille des horaires de messes accrochée sur le réfrigérateur : il y a bien un office, à 15 h 30.

Coup d’œil sur la pendule : pas le temps de faire autre chose, juste celui d’enfiler un imperméable et d’y aller à pied ! Ce jour-là, les chaises dans l’église sont disposées en cercle autour de l’allée centrale où est placée la table de l’Eucharistie. L’assemblée est constituée essentiellement de personnes âgées. Je ressens une atmosphère priante et recueillie. Je m’installe et, comme souvent, je doute. « Le Seigneur veut qu’on l’aime. Je dois l’aimer, mais comment faire pour aimer quelqu’un qu’on n’a jamais vu ? »

emplissez-moi de votre présence comme vous rempliriez une cruche vide. Car c’est bien ce que je suis : une cruche

La messe commence. Le prêtre nous propose d’ouvrir les mains et de prier le Seigneur, de nous emplir de sa présence. Pour ma part, je traverse une période dépressive. Je me sens vide. Vide de moi-même, vide de toute richesse intérieure. Je me sens vraiment pauvre. « Seigneur, emplissez-moi de votre présence comme vous rempliriez une cruche vide. Car c’est bien ce que je suis : une cruche. Et vide, en plus ! »

"Depuis, je sais que j'aime Dieu"

Et soudain, quelque chose se passe. J’entends les paroles de la messe avec une très grande acuité, comme si je les prononçais moi-même, en étant très concentrée. Pas de flottement, d’inattention : chaque parole du prêtre pénètre en mon cœur. En face de moi, il y a un très grand tableau représentant le Christ.

Je me mets à l’aimer, je ne peux pas faire autrement que de l’aimer

Je le regarde et l’image du crucifié s’imprime en moi. Je me mets à l’aimer, je ne peux pas faire autrement que de l’aimer. À la fin de la messe, je me sauve pour ne pas avoir à papoter. Je rentre à la maison et, dans le séjour, c’est plus fort que moi, je me retrouve à genoux et je pleure. Depuis, je sais que j’aime Dieu. À chaque fois que je passe devant un calvaire sur le bord de la route, que je regarde la croix fixée en face de notre lit, les mots me viennent tout seuls aux lèvres : « Jésus, je vous aime. »

Quand je retourne dans la même église et que je regarde ce même tableau, il ne me parle plus, il ne m’émeut plus. Ce n’est pas la peinture qui est en moi, c’est le Christ. Mais il me reste une question : « Pourquoi moi ? Pourquoi à ce moment-là ? Que dois-je faire de ce cadeau que j’ai reçu ? »


Avis aux lecteurs

Chères lectrices, chers lecteurs, cette rubrique vous est ouverte. Vous souhaitez témoigner d’une rencontre qui vous a fait sentir la présence de Dieu, d’un événement qui a modifié votre vision de l’existence ? Racontez-nous brièvement cette expérience spirituelle, nous vous contacterons. Contact : pelerin@bayard-presse.com

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 7 décembre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières