Qui est saint Thomas More ?

agrandir Portrait de Thomas More, réalisé par Hans Holbein le Jeune,  en 1527.
Portrait de Thomas More, réalisé par Hans Holbein le Jeune, en 1527.
Portrait de Thomas More, réalisé par Hans Holbein le Jeune,  en 1527.
Portrait de Thomas More, réalisé par Hans Holbein le Jeune, en 1527.

Thomas More, (1478-1535), fut père de famille aimant, éducateur d’avant-garde, avocat, juge, écrivain, diplomate, homme d’État et homme de prière…

À propos de l'article

  • Créé le 22/06/2018
  • Publié par :Sabine Harreau
  • Édité par :Harreau

« Je meurs, bon serviteur du roi, et de Dieu premièrement. » Pourquoi ces quelques mots, prononcés par Thomas More, devant le peuple de Londres qui assistait à sa décapitation, le 6 juillet 1535, résonnent-ils toujours, aujourd’hui, cinq cents ans plus tard ?
Car cet humaniste de la Renaissance, engagé dans la cité, a été confronté à des problèmes analogues à ceux de notre temps, à une époque pleine de similitudes avec la nôtre. Chancelier du roi d’Angleterre Henry VIII, Thomas More refusa, au nom de sa conscience et de sa fidélité à l’Église, d’approuver les choix totalitaires de ce dernier. Il sera condamné à mort pour haute trahison.
Par sa vie, achevée avec le martyre, et sa pensée, Thomas More, avec son humour inaltérable, peut aider l’homme du XXIe siècle à se remettre en question et à se reconstruire.

Jacques Mulliez, spécialiste de Thomas More.


L'humour de Thomas More

« On me reproche de mêler boutades, facéties et joyeux propos aux sujets les plus graves. J’estime qu’on peut dire la vérité en riant. Sans doute aussi convient-il mieux au laïc que je suis, de transmettre sa pensée sur un mode allègre et enjoué, plutôt que sur le mode sérieux et solennel, à la façon des prédicateurs. » Saint Thomas More était connu pour son sens de l’humour, qui était l’expression d’une joie profonde alimentée par sa foi.

Alors qu’il montait à l’échafaud, il dit : « Aidez-moi à monter: pour descendre l, je m’en tirerais bien tout seul ».

Puis il demanda au bourreau de bien viser car il avait le cou un peu court, et la tête sur le billot, il trouva encore l’esprit de préserver la barbe qui lui était poussée pendant sa captivité à la tour de Londres : « celle-ci n’est pas à couper; elle n’a pas commis de trahison. »

Le pape François, au cours lors d’un discours à la curie en 2014, a évoqué l'humour du saint : "Ne perdons donc pas cet esprit joyeux, qui sait manier l'humour, et même l'autodérision, qui font de nous des personnes aimables même dans les situations difficiles. Comme une bonne dose d'humour sain nous fait du bien ! Réciter souvent la prière de saint Thomas More nous fera le plus grand bien."


Prière de Thomas More

Donne-moi une bonne digestion, Seigneur, et aussi quelque chose à digérer. Donne-moi la santé du corps avec le sens de la garder au mieux, donne-moi une âme sainte, Seigneur, qui ait les yeux sur la beauté et la pureté, afin qu’elle ne s’épouvante pas en voyant le péché, mais sache redresser la situation. Donne-moi une âme qui ignore l’ennui, le gémissement et le soupir. Ne permets pas que je me fasse trop de souci pour cette chose encombrante que j’appelle « moi ». Seigneur, donne-moi l’humour pour que je tire quelque bonheur de cette vie et en fasse profiter les autres.


Thomas More en quelques dates

7 février 1478 : naissance de Thomas More à Londres. Son père est un homme de loi.

1492 : Intègre l’université d’Oxford.

1499 : Inscrit au barreau des avocats et enseigne le droit.

1503 : fait une retraite à la chartreuse de Londres.

1504 : Membre du Parlement.

1505 : Épouse Jane Colt. Ils auront trois filles et un fils.

1510 : Élu juge par les habitants de Londres.

1511 : Mort de sa femme, il se remarie avec Alice Middleton, veuve, mère de deux enfants.

1515 : Effectue des missions diplomatiques et commerciales aux Pays-Bas où il rédige l’Utopie.

1523 : Réfute les théories protestantes de Martin Luther.

1529 : Nommé chancelier du royaume par Henri VIII, il est très proche du roi.

1531 : Refuse de reconnaitre l’acte de Suprématie qui permet au roi de prendre la tête de l’Église d’Angleterre et donc de s’accorder le droit de divorcer, pour épouser Anne Boleyn.

1532 : Démissionne de sa charge.

1533 : Refuse d’assister au couronnement d’Anne Boleyn comme reine d’Angleterre.

1535 : Accusé de haute trahison, il est emprisonné et décapité le 6 juillet 1535, à Londres.

1886 : béatifié par le pape Léon XIII.

1935 : canonisé par le pape Pie XI.

2000 : le pape Jean-Paul II le déclare saint patron des hommes politiques.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières