Avec enfant et handicapé

Les chemins de pèlerinage sont aussi ouverts aux enfants et aux personnes à mobilité réduite. Il suffit de tenir compte des éléments suivants.

À propos de l'article

  • Créé le 27/05/2010
  • Modifié le 03/03/2014 à 12:00
  • Publié par :Gaële de La Brosse
  • Édité par :Gilles Donada

Le pèlerinage en famille peut être une expérience fabuleuse, s’il est bien préparé. Voici quelques conseils de parents ayant vécu cette aventure.

Voici les conseils de Gilbert et Marie-Odile Mosser, qui sont partis sur les chemins de Compostelle en famille :

  • Etre une famille soudée, une entité solide, protectrice et capable d’évoluer ensemble.
  • Pour faire avancer les enfants malgré la chaleur et la fatigue, leur raconter des histoires liées au pèlerinage et aux pays traversés, les plonger dans l’ambiance du chemin.
  • Etre prêt à accepter de devoir interrompre le voyage, si l’un des enfants, après plusieurs tentatives infructueuses pour le raisonner, ne veut plus continuer.
  • Profiter des moments de rencontres avec d’autres personnes, pèlerins ou non : ces instants font partie de leur éveil, ils sont vecteurs d’épanouissement.
  • Avec de jeunes enfants, prendre des précautions draconiennes. Leur sécurité et leur bien-être doivent être les priorités absolues.
  • L’âge idéal, ou du moins celui qui permet à l’enfant de profiter de cette aventure, se situe entre 10 et 13 ans.
  • Ne pas dépasser 15 à 20 km par jour, et prévoir des aménagements au fil des étapes, avec des pauses où ils peuvent jouer ou faire une sieste.
  • Eviter la monotonie, leur ménager des surprises.
  • Avancer tous les jours pour ne pas couper le rythme, mais prévoir des jours où on n’effectue que 5 à 10 km.
  • Pour régler les problèmes et les conflits, prendre le temps de discuter, chercher une solution, dans le respect de chacun, y compris des enfants ; cette méthode permettra à tous les membres de la famille de grandir au fil des épreuves.

Les conseils de Jacques et Isabelle Baillon, qui ont suivi, avec un âne, la voie du Puy vers Compostelle, avec des enfants âgés de 3 à 12 ans.

  • "Prévoir" l’imprévu.
  • Pouvoir être autonome, ne rien réserver : l’idéal est donc de transporter tente et butagaz, et d’avoir un repas léger d’avance.
  • Favoriser, chez les enfants, la découverte et la rencontre.
  • L’âne est un bon compagnon de route ; on peut aussi voyager à vélo s’il y a plus de bitume et de plat.
  • L’âge minimum des enfants pour ce genre d’aventure est 3 ans.

Les personnes à mobilité réduite peuvent désormais partir sur les chemins de pèlerinage grâce à plusieurs moyens de locomotion ingénieux :

Le fauteuil tout-terrain (FTT)
C’est un fauteuil à 2, 3 ou 4 roues, qui permet de se déplacer en autonomie. De nombreux modèles différents existent pour ce fauteuil qui a vu le jour dans les années 1980 : QuadriX, Buggy bike, Quad-FTT, CTT, Dahu, etc, ainsi que toute la gamme des FTT électriques.
Site : http://ftt.free.fr/java/accueil-fr.htm

La Joëlette

C’est l’un des modèles de FTT. Fauteuil tout-terrain mono roue simple et astucieux, il est capable de passer presque partout ou passerait un piéton, mais il nécessite la présence de trois pousseurs/tireurs vigoureux et compétents. Le siège, à adapter en fonction du handicap, est placé au-dessus de la roue.

Des brancards à l’avant et à l’arrière permettent de faire rouler l’engin et de le porter si nécessaire. Une suspension, un système pour régler la hauteur des brancards en fonction de la pente et un frein complètent l’équipement.

Des pèlerinages en joëlettes sont organisés régulièrement vers Compostelle (par l'association Compostelle 2000) et sur les routes du Tro Breiz (par Les Chemins du Tro Breiz).
Site : http://www.hce.asso.fr/-La-Joelette

La Randoline

C’est un véhicule tracté par un âne, un poney ou un petit cheval, doté de trois roues : deux à l’arrière et une à l’avant. En cas de nécessité, le passager actionne une poignée qui déclenche un dispositif de sécurité. Instantanément, la Randoline se sépare alors de l’animal et la roue avant est freinée. Il suffit de réarmer le système pour repartir. Ce dispositif révolutionnaire donne au passager une sécurité 100%.

Ce moyen de transport est équipé d’un coffre à bagages de 250 l, qui peut contenir le matériel d’au moins 2 personnes.

Site : http://www.randoline.com

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières