L'association Simon de Cyrène construit des lieux où l'on vit "Intouchables"

agrandir Intouchables, un "feel good movie"
Intouchables, un "feel good movie" © Thierry Valletoux
Intouchables, un "feel good movie"
Intouchables, un "feel good movie" © Thierry Valletoux

Laurent de Cherisey, directeur général de l'association Simon de Cyrène, revient sur le phénomène Intouchables. 5% des recettes du film vont revenir à son association qui oeœuvre pour la mise à disposition d'appartements partagés destinés aux personnes cérébro-lésées.

À propos de l'article

  • Créé le 28/11/2011
  • Modifié le 26/02/2014 à 12:00
  • Publié par :Joséphine Lebard
  • Édité par :Marine Bisch
  • Publié dans Pèlerin
    6730 du jeudi 24 novembre 2011

Plus de 8 millions de spectateurs ! Intouchables, film drôle et poignant sur l'amitié entre un riche tétraplégique et son auxiliaire de vie, a bouleversé la France entière. 5% des recettes du film vont revenir à l'association Simon de Cyrène dont Laurent de Cherisey est le directeur général. Cette association développe des maisons partagées où cohabitent des personnes handicapées et des personnes valides.

Pèlerin. Dans quelle mesure votre association est-elle liée à l’aventure du film Intouchables ? 

Photo Laurent de Cherisey

Laurent de Cherisey. Philippe Pozzo di Borgo (auteur du livre qui a inspiré le film Intouchables) est président d'honneur de Simon de Cyrène et à sa demande, 5 % des recettes du film vont revenir à l'association. Le film illustre d'ailleurs bien ce que nous souhaitons : faire face à une problématique nouvelle. Aujourd'hui, la médecine sauve des gens qui, il y a vingt-cinq ans, n'auraient pas survécu. Quand ils sortent du coma, la première question qu'ils posent est la suivante : « Pourquoi m'avez-vous maintenu en vie dans ces conditions ? » En effet, que faire quand, en tant que handicapé, on ne peut plus cocher les cases proposées par la société : avoir, pouvoir et rentabilité ? Intouchables dénonce le principe d'incohérence de notre monde et propose d'autres valeurs. Nul ne pouvait prévoir les 8 millions d’entrées du film. 

Savez-vous combien d’argent va revenir à l’association, et qu’allez-vous en faire ? 
On ne peut pas encore chiffrer, mais je pense qu'il s'agira de plusieurs centaines de milliers d'euros. Aujourd'hui, nous développons dix projets de communautés. Des lieux où l'on vit Intouchables tous les jours. Maintenant, cette somme n'est pas non plus le billet gagnant du Loto. Notre mission consiste à construire des immeubles, ce qui représente beaucoup d'argent... 

Comment les membres de Simon de Cyrène ont-ils réagi au film ? 
Avec une très grande joie. Ils ont bien ri. Ils étaient contents que le film montre que le handicap n'empêche pas le bonheur. À une condition : rester coûte que coûte en relation avec les autres. 

 Dossier. Le handicap au cinéma.

Dix ans de films qui font du bien 
On les appelle les « feel good movies », ces films qui remontent le moral du public et font souvent le plein d'entrées. Retour sur les dix dernières années, avec une sélection de films placés sous le signe de la comédie et/ou de l'émotion. 
→ 2000 Le goût des autres, de Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui (Éd. Pathé Vidéo). 
→ 2001 : Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, de Jean-Pierre Jeunet (DVD Éd. TF1 Vidéo). 
→ 2002 : L'auberge espagnole, de Cédric Klapisch (Éd. Studio Canal). 
→ 2003 : Le cœur des hommes, de Marc Esposito (Éd. Pathé Vidéo). 
→ 2004 : Les choristes, de Christophe Barratier (Éd. Pathé Vidéo). 
→ 2006 : Je vous trouve très beau, d'Isabelle Mergault (Éd. Gaumont). 
→ 2007 : Ensemble, c'est tout, de Claude Berri (Éd. Pathé Vidéo). 
→ 2008 : Bienvenue chez les Ch'tis, de Dany Boon (Éd. Pathé Vidéo). 
→ 2009 : La première étoile, de Lucien Jean-Baptiste (Éd. Warner). 
→ 2010 : La tête en friche, de Jean Becker (Éd. Studio Canal). 
→ 2011 : Intouchables, d'Éric Toledano et Olivier Nakache.

Photo double page intouchables

Retrouvez dans Pèlerin n°6730 du jeudi 24 novembre 2011, une analyse du film Intouchables par notre journaliste Joséphine Lebard. Elle revient sur les clés du succès de cette œuvre décapante et généreuse : un autre regard sur le handicap, le rire contre la morosité ambiante, un duo d'acteurs qui fédère, un appel à une société nouvelle.

► Trouvez Pèlerin chez le marchand de journaux le plus proche de chez vous (entrez "Pèlerin" puis votre adresse postale). 

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières