Le credo d'Emmanuel Macron: "La politique : une mission, pas une profession"

agrandir Le credo d'Emmanuel Macron: "La politique : une mission, pas une profession"
© AFP PHOTO / BERTRAND LANGLOIS
Le credo d'Emmanuel Macron: "La politique : une mission, pas une profession"
© AFP PHOTO / BERTRAND LANGLOIS

Pèlerin a demandé aux principaux candidats de témoigner du cœur de leur engagement. Retrouvez sur notre site et sur notre page Facebook, leur "credo", que nous diffusons progressivement. Après ceux de François Fillon, Benoît Hamon et Nicolas Dupont-Aignan, Pèlerin publie le credo d'Emmanuel Macron.

Qu’est-ce qui a déclenché votre envie de faire de la politique ?

J’ai toujours été intéressé par les grands enjeux de notre pays. Diverses rencontres, notamment Paul Ricœur ou Michel Rocard, ont nourri mon envie de mener de pair action et réflexion.

Que faire pour que les Français retrouvent foi dans la politique?

Je crois qu’ils ont seulement perdu foi dans la politique telle qu’elle existait jusqu’à présent. Tout le sens de notre démarche est justement de les remettre au cœur de la vie politique, en la renouvelant et en la moralisant. Ils attendent de nouveaux visages et de nouveaux usages.


Tout le sens de notre démarche est de remettre les Français au cœur de la vie politique

Quelles sont les trois mesures sur lesquelles vous ne céderez pas une fois au pouvoir ?

Sur le travail, l’éducation, la sécurité, les Français attendent des réponses pragmatiques, concrètes.

À quelle personnalité, vivante ou disparue, aimeriez-vous ressembler ?

Je ne tiens pas à ressembler à quelqu’un d’autre ! Je m’inscris en revanche dans une filiation intellectuelle et politique. Pierre Mendès France, pour sa volonté réformiste. Le général de Gaulle, pour sa probité, sa volonté de dépasser les partis et les clivages classiques.


Je m’inscris dans une filiation intellectuelle et politique : Pierre Mendès France, pour sa volonté réformiste (...)


Quel est le livre dont vous ne vous séparez jamais ?

Les feuillets d’Hypnos, de René Char.

Quand avez-vous été tenté d’arrêter la politique ?

En juillet 2014, j’estimais avoir accompli ma mission auprès du président de la République. J’ai alors travaillé à la création de mon entreprise. Lorsqu’on m’a proposé de devenir ministre de l’Économie, j’ai de nouveau été happé ! Néanmoins, je n’ai pas vocation à rester ma vie entière en politique : elle est une mission, pas une profession.

Si vous deviez vous reconvertir, que feriez-vous ?

Je crois que j’essaierais de monter un projet à la croisée de l’enseignement et de l’entrepreneuriat.



Sur le travail, l’éducation, la sécurité, les Français attendent des réponses pragmatiques, concrètes


La fierté d’être français, qu’est-ce pour vous ?

Être l’héritier d’une histoire unique et d’une culture à vocation universelle, qui permet à chacun de s’émanciper, de s’extraire de sa condition. Nos musiciens, nos écrivains, nos peintres d’hier et d’aujourd’hui, notre langue : voilà des raisons d’être fier.


web01-edito8686140009762070352.indd[-1_-1xoxar]

Retrouvez notre dossier complet "Présidentielle 2017 : mode d'emploi" dans le numéro 7010 de Pèlerin du jeudi 6 avril 2017.

Vous y découvrirez notamment le détail des programmes de l'ensemble des postulants à l'Élysée et le "credo" de cinq d'entre eux : Nicolas Dupont-Aignan, François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron. (Sollicité, Jean-Luc Mélenchon n'a pas répondu aux questions de Pèlerin).

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 avril 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières