Moins est plus

agrandir Moins est plus
© Julie Bourges/Picturetank
Moins est plus
© Julie Bourges/Picturetank

Catherine Lalanne, rédactrice en chef à Pèlerin, revient, à l'occasion du Carême, sur la douceur de la simplicité et l'aspiration humaine à être avant d'avoir. 

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 03/02/2016
  • Publié par :Catherine Lalanne
  • Édité par :Aude Loyer-Hascoët
  • Publié dans Pèlerin
    6949 du 4 février 2016

Il y a quelque temps, j’ai partagé la vie de
la communauté monastique 
des frères de Jérusalem au Mont-Saint-Michel. Nous réalisions une série sur la France des abbayes et les journalistes de la rédaction séjournaient dans les monastères.

Alors
 que j’appréhendais de prier des laudes jusqu’à complies, j’ai découvert la beauté d’une liturgie qui suivait la course du soleil.
Je redoutais le silence des repas et j’ai goûté la saveur de chaque aliment. Je craignais d’être coupée du monde et me suis sentie reliée au cœur de l’humanité.

Avec moi, quelques retraitants, fatigués des sollicitations du monde, posaient leurs bagages pour se retrouver.

Désencombrés du superflu, nous sommes tous repartis joyeux et ressourcés.

Simplicité, frugalité et sobriété signent chaque hiver pour les chrétiens l’entrée
 en Carême. Une soif essentielle qui rejoint l’aspiration profonde de nos contemporains à être avant d’avoir, à faire plus avec moins.

Dans un contexte de crise économique et d’urgence écologique, le calendrier chrétien millénaire retrouve toute sa modernité
 et beaucoup peuvent être sensibles
 à l’exercice de liberté intérieure que nous proposons dans nos colonnes : vivre quarante jours en profondeur
 et avec sobriété.

Pas question pour nous de fustiger la modernité, ni de prôner la répétition d’un passé révolu, bien au contraire ! Ce n’est pas
 de retour à la bougie dont les hommes ont besoin, c’est d’éclairer leurs vies. Il y a plus d’urgence à partager le pain
 qu’à se priver de nourriture.
 Aucune injonction dans nos pages à se couper des autres, mais une incitation à faire l’expérience du silence pour mieux retourner vers eux.

Il ne s’agit pas davantage de renoncer à la douceur de nos foyers, mais d’habiter autrement la planète. Cuisiner, se laver, jardiner, réparer, en économisant l’eau, le bois, l’électricité. Pas question enfin de diaboliser les nouvelles technologies ;


tenter plutôt de transformer le virtuel en réalité.

Pour preuve, nous vous invitons à partager 
ce temps spirituel du Carême avec nous
 sur le papier ou sur la Toile, en vous offrant chaque jour un verset à méditer dans le secret de votre cœur. À vous de choisir !

Ceux qui préfèrent leur journal imprimé
 suivront jusqu’à Pâques les étapes du voyage 
intérieur dans nos colonnes. Les adeptes de
nouvelles technologies retrouveront chaque
matin dès 7 h 30 le verset du jour sur Twitter
, sur la page facebook et sur notre site. Qui a dit que s’alléger, se recueillir, partager était désuet et dépassé ?


 

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 12 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières