Réformes de printemps

agrandir « "Éclaircie", "embellie", "sortie du tunnel" … Après des années placées sous l’égide du mot "crise", voilà que ces expressions teintées d’optimisme fleurissent à l’orée du printemps », selon Benoît Fidelin, rédacteur en chef à "Pèlerin"
« "Éclaircie", "embellie", "sortie du tunnel" … Après des années placées sous l’égide du mot "crise", voilà que ces expressions teintées d’optimisme fleurissent à l’orée du printemps », selon Benoît Fidelin, rédacteur en chef à "Pèlerin" © Sergey Nivens / Fotolia.com
« "Éclaircie", "embellie", "sortie du tunnel" … Après des années placées sous l’égide du mot "crise", voilà que ces expressions teintées d’optimisme fleurissent à l’orée du printemps », selon Benoît Fidelin, rédacteur en chef à "Pèlerin"
« "Éclaircie", "embellie", "sortie du tunnel" … Après des années placées sous l’égide du mot "crise", voilà que ces expressions teintées d’optimisme fleurissent à l’orée du printemps », selon Benoît Fidelin, rédacteur en chef à "Pèlerin" © Sergey Nivens / Fotolia.com

Finies, la déprime et la crise ? Benoît Fidelin, rédacteur en chef à Pèlerin, a noté quelques embellies.

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 11/03/2015
  • Publié par :Benoît Fidelin
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    6902, du 12 mars 2015

« Éclaircie », « embellie », « sortie du tunnel »… Après des années placées sous l’égide du mot « crise », voilà que ces expressions teintées d’optimisme fleurissent à l’orée du printemps.

Elles s’appuient sur d’indéniables réalités : division par deux des cours du pétrole au profit du pouvoir d’achat, chute de l’euro de 20 % en un an en faveur des exportations, taux d’intérêt au plus bas favorisant les investissements, politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne, plan de relance de 315 milliards d’euros de la Commission Juncker, moral des ménages en hausse.

Du jamais vu depuis l’automne 2008 ! De là à invoquer ces « feux verts » pour mettre un bémol aux réformes capables de relancer notre économie, il n’y a qu’un pas, que certains politiques franchissent déjà.

Or, rien ne serait pire qu’une telle dérobade. D’abord en raison de notre passif et de la faiblesse de la reprise : la croissance annoncée pour 2015 n’est que de 1 %, le taux de chômage dépasse les 10 %, notre dette abyssale nous laisse à la merci des marchés et nos engagements européens, si souvent reniés, ne nous autorisent plus aucun relâchement.

Surtout, cette nouvelle défausse irait à l’encontre d’une vraie volonté populaire. Car là est la bonne nouvelle ! Lucides et en avance sur leurs dirigeants politiques, nombreux sont les Français qui plébiscitent une politique d’effort.

Ils savent que notre État et notre « modèle social » ne seront sauvés qu’à coups de réformes courageuses. Seulement, ils mettent trois conditions à cette action de redressement : justice, pédagogie et détermination.

Bref, des sacrifices équitablement répartis, une parfaite explication des réformes et la définition claire d’un cap à tenir.

Ce dernier est tout trouvé : rendre la France plus active via la réduction drastique du chômage de masse qui la gangrène depuis quarante ans et touche principalement les jeunes.

Bonne nouvelle aussi de leur côté : les voilà qui refusent le pessimisme et plébiscitent la profession d’entrepreneur. Un livre de Robin Rivaton que j’ai dévoré raconte cette formidable évolution. Son titre : La France est prête.


A lire

Livre La France est prête

La France est prête, de Robin Rivaton, éd. Les Belles Lettres, 178 p. ; 19 €.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 12 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières