Le message de Verdun

agrandir Bataille de Verdun, 1916 : tir de barrage, poilus dans les tranchees, photo extraite de la revue «Le miroir» du 10 decembre 1916.
Bataille de Verdun, 1916 : tir de barrage, poilus dans les tranchees, photo extraite de la revue «Le miroir» du 10 decembre 1916. © Rue des Archives/RDA
Bataille de Verdun, 1916 : tir de barrage, poilus dans les tranchees, photo extraite de la revue «Le miroir» du 10 decembre 1916.
Bataille de Verdun, 1916 : tir de barrage, poilus dans les tranchees, photo extraite de la revue «Le miroir» du 10 decembre 1916. © Rue des Archives/RDA

Cette semaine, Pèlerin consacre son grand dossier à la bataille de Verdun. Cent ans après, Benoît Fidelin, rédacteur en chef, s'interroge sur le message qu'elle nous a laissé.

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 17/02/2016
  • Publié par :Benoît Fidelin
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6951 du 18 février 2016

Voilà si longtemps que j’arpente les côtes de Meuse !

Par passion pour la Grande Guerre qui est passée sur ces collines comme un ouragan monstrueux.

Par admiration pour l’écrivain Maurice Genevoix (1890-1980) et son récit haletant des furieux combats de la crête des Éparges.

Par amour pour la nature qui, avec ses frondaisons de feuillus et ses layons jardinés où les chevreuils viennent dévorer les jeunes pousses, recouvre les traces de l’horreur sur les champs de bataille.

Sur celui de Verdun, deux mots me reviennent à l’esprit, chaque fois que je foule son sol jonché de trous d’obus : sacrifice et espoir.

Sur le premier, je bute avec ces questions lancinantes : comment tant de jeunes soldats ont-ils pu tenir ici durant trois cents jours, s’acharner sous l’orage d’acier, alimenter de leurs corps en sursis cette bataille dévoreuse de 300 000 vies humaines, mais qui n’a rien changé au cours de la guerre ? Et moi, qu’aurais-je fait à leur place ?

Dans son écrin naturel qui n’efface pas l’histoire, Verdun nous renvoie au mystère de notre condition humaine, confrontée à cette guerre à la fois démentielle, mondiale et industrielle, mais terriblement vécue à hauteur d’hommes.

Heureusement il y a l’espoir, incarné notamment par un homme aujourd’hui disparu et que je rencontrais lors de mes premières visites : le colonel Léon Rodier, maire du village détruit de Fleury-devant-Douaumont, voisin d’un cimetière peuplé de 16 000 tombes.

Son récit des combats qui ravagèrent sa commune prise et reprise seize fois durant l’été 1916 débouchait toujours, au final, sur ce message :

La paix n’est pas seulement le contraire de la guerre, mais un état d’esprit à ressourcer par l’éducation, les échanges inlassables avec les autres.

Ainsi accueillait-il ses visiteurs français et allemands. Le jour de l’année 1984 où il fut décoré de la « Verdienstkreuz » (ordre du mérite allemand) par le chancelier Helmut Kohl, le drapeau allemand flottait au-dessus des décombres de son village, à côté de celui de la France et de la bannière étoilée de l’Europe.

« On va vers l’espoir », se dit alors Léon Rodier.

Parce qu’il avait la paix en ligne de mire, cet homme croyait que les champs de ruines pouvaient, malgré tout, être fertiles.

Cette conviction, vous la retrouverez au fil des pages qui suivent consacrées au centenaire de la bataille de Verdun, ainsi que
dans notre passionnant numéro hors-série qui vient de paraître.

Bonne lecture !

Découvrez notre hors-série Verdun, la bataille.

Il y a exactement un siècle, en février 1916, commençait une immense et tragique bataille qui fit rage durant dix mois au-dessus de la ville de Verdun, causant la mort d’environ 300 000 soldats français et allemands.

Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi cette bataille est-elle devenue la plus mythique  dans la mémoire collective nationale ?

Dans ce hors-série exceptionnel, Pèlerin répond à ces questions et replace Verdun dans le contexte géopolitique mondial de la guerre de 1914-1918.

Grâce à des photographies inédites et « vues du ciel » de Stéphane Compoint, les vestiges du plus fameux des champs de bataille sont présentés sous un angle nouveau.

Dans ces pages également, Franck Ferrand, journaliste d’histoire à Europe 1, retrace et analyse les grandes étapes de la bataille.

Au centre du hors-série, un cahier spécial, élaboré en collaboration avec le magazine Okapi, donne les clés aux ados pour comprendre « LA » bataille.

Verdun, la bataille. 88 p. ; 7,90 €, en vente en kiosque, en librairie et sur le site https://librairie-prions.com

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 12 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières