Rêve d’Europe

agrandir Drapeau de l'Union européenne.
Drapeau de l'Union européenne. © Rock Cohen / Flicjr / CC
Drapeau de l'Union européenne.
Drapeau de l'Union européenne. © Rock Cohen / Flicjr / CC

Antoine d’Abbundo, rédacteur en chef à Pèlerin, nous invite à nous interroger sur les racines de l’Europe pour retrouver l’esprit qui l’anime. Alors serez-vous prêts pour le scrutin du 25 mai 2014 ?

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 14/05/2014
  • Publié par :Antoine d'Abbundo
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    6859, du 15 mai 2014

« De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre », promet le prophète Isaïe (Isaïe 2,4).

Au sortir du plus sanglant conflit du XXe siècle, un groupe d’hommes inspirés – certains croyants, d’autres non – décide de prendre au mot la Parole pour transformer les instruments de mort – le charbon et l’acier – en instruments de vie.

Son. Ecoutez l'édito d'Antoine d'Abbundo.

 

Bravant les idées reçues de leur temps, ils prétendent réconcilier les ennemis d’hier en faisant tomber les frontières et bâtir sur les ruines du Vieux Continent un monde nouveau, inédit.

Pragmatiques, ils savent qu’il faudra pour cela avancer pas à pas. Dans l’esprit de ces « pères fondateurs », l’économie n’est jamais qu’une école pour apprendre à coopérer et la prospérité une condition de la paix, un moyen de défendre des valeurs et des intérêts communs dans un monde déjà mondialisé. Leur rêve s’appelle Europe.

Aujourd’hui, après huit traités et sept élargissements en soixante ans, la modeste Communauté européenne des origines, fondée par six nations, est devenue une Union à 28 membres, réunissant quelque 500 millions de citoyens dans un même espace politique qui s’impose comme l’une des premières puissances planétaires.

Paradoxe étonnant : ce continent de « cocagne », souvent envié à l’extérieur – qu’on songe à l’Ukraine ! –, ne semble plus susciter à l’intérieur, et particulièrement en France, que déceptions et scepticisme.


Soyons lucides : au-delà des critiques qui voudraient faire de l’Europe le bouc émissaire de tous nos maux et prônent le repli sur soi mortifère comme solution aux défis mondiaux, il faut admettre que l’Union européenne doit changer pour offrir à nouveau des perspectives d’avenir et redonner confiance à ses citoyens.

Comment ? Cela passe sans doute par une réforme des institutions et une redéfinition des politiques communes sur une base plus démocratique et plus solidaire. Vaste chantier, nécessaire mais insuffisant.

Car ce à quoi l’Europe s’affronte n’est pas qu’une crise économique mais aussi une crise identitaire. Pour la surmonter, il lui faudra accepter, enfin, de s’interroger sur les racines qui la fondent pour retrouver l’esprit qui l’anime : non pas simplement coaliser des nations, mais unir des hommes (Mémoires de Jean Monnet).

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 12 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières