SOS, je passe le bac !

agrandir Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin.
Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin.
Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin.
Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin.

" Au secours, je passe le bac ! Enfin, non. C'est pire... Mon fils aîné passe le bac."  Voici le ressenti, d’Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin , mais aussi d'une maman quelque peu stressée…

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À lire aussi

À propos de l'article

  • Créé le 06/06/2013
  • Modifié le 06/06/2013 à 12:00
  • Publié par :Anne Ponce
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    6809, 30 juin 2013

Les premières épreuves, oraux de langues et options, ont commencé cette semaine pour mon fils aîné. Et jamais je ne me serais attendue à être aussi stressée.

C'est vrai, enfin, je ne me souviens pas d'avoir été particulièrement inquiète lorsque j'ai passé mon propre bac. Mais, j'aurais dû me méfier : depuis longtemps, ma mère m'expliquait qu'elle avait mal au ventre chaque année à l'annonce du début des épreuves. Et voilà, c'est mon tour.

En plus, j'ai le tournis avec toutes ces réformes qui n'arrêtent pas de changer les programmes et la scolarité. D'un enfant à l'autre, d'une classe à la suivante, il y a toujours quelque chose qui évolue. Mieux vaut être un parent attentif et informé, sinon on est « largué » comme disent les ados.

Pourtant, malgré ces incessantes réformes (ou à cause d'elles ?), notre pays est loin d'être bon élève en matière d'école. Le nombre de jeunes qui sortent chaque année du système scolaire en situation d'échec est incroyablement élevé. « Élève France : peut mieux faire... »

 Son. Ecoutez l'édito d'Anne Ponce.

 

Le ministre de l'Education nationale a bien lancé à son tour une « refondation de l'école ». Vincent Peillon prévoit la création de 60 000 postes, la refonte de la formation des enseignants, l'introduction de l'enseignement de la morale laïque. Le texte est en discussion au Parlement.

Est-ce la bonne direction ? Pas sûr, si l'on en croit le rapport sévère, publié le 22 mai  2013 par la Cour des comptes. La Cour souligne que l'éducation nationale ne parvient pas à répondre aux besoins des élèves (notre pays se situe au 18e rang de l'OCDE pour leur performance) et pas plus aux attentes des enseignants puisque la France connaît une inquiétante crise d'attractivité du métier.

Or, notre pays, précise la Cour, consacre à l'éducation des moyens globaux comparables, voire supérieurs, à ceux de pays qui assurent mieux la réussite de leurs élèves. Les sages de la rue Cambon suggèrent donc de redéfinir le métier d'enseignant, de mieux valoriser les professeurs et de gérer plus efficacement leur affectation.

Le ministre voudra-t-il et pourra-t-il aller dans cette direction ? L'avenir nous le dira. En attendant... je passe le bac.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières