On se calme !

agrandir Anne Ponce
Anne Ponce © William Beaucardet
Anne Ponce
Anne Ponce © William Beaucardet

Après la mort tragique d'un jeune homme de 19 ans, dans une bagarre entre militants d'extrême gauche et d'extrême droite, l'émotion est grande en France. Anne Ponce, directrice de la rédaction, appelle à l'apaisement et à la raison.

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 12/06/2013
  • Publié par :Anne Ponce
  • Édité par :Alice Meker
  • Publié dans Pèlerin
    6811, le jeudi 13 juin 2013

Personne en France ne devrait mourir sous prétexte de politique dans une castagne de rue. La mort d'un jeune homme de 19 ans à la suite d'une bagarre entre militants d'extrême gauche et d'extrême droite à Paris est un drame. Et face à cette tragédie, nos pensées vont d'abord à la famille et à tous les proches de Clément Méric. Deuil et recueillement.

Stop à la spirale de la violence après la mort de Clément Méric.

L'émotion est d'autant plus grande qu'en France, la violence sociale et politique reste heureusement limitée. Depuis mai 1968, les mouvements de protestation qui agitent régulièrement notre pays n'occasionnent que très rarement des dérapages mortels.

Les exceptions provoquent donc naturellement l'indignation, comme après le décès de Malik Oussekine, lors des manifestations contre la réforme Devaquet en 1986, ou la mort de Brahim Bouarram, jeté dans la Seine par des militants d'extrême droite en 1995. La tolérance envers les actes de violence est même de plus en plus faible : en témoigne le refus récent du Parlement de voter une amnistie sociale pour des délits commis lors de conflits du travail.

Son. Ecoutez l'édito d'Anne Ponce.

 

Ce rejet de la violence doit perdurer. Pour cela, les groupuscules ultras doivent évidemment être contrôlés. Mais cela ne suffit pas. Il faut aussi que les responsables politiques et les leaders d'opinion gardent leur sang-froid en période de tension. Or, ces derniers temps, dans un contexte crispé depuis les débats sur le mariage homosexuel, c'est loin d'être le cas. La mort de Clément Méric a ainsi donné lieu à de navrantes tentatives de récupération... qui ont elles-mêmes provoqué de nouvelles exaspérations... qui risquent à leur tour de favoriser d'autres répliques. Stop !

Stop. Attendons que la justice fasse son travail au lieu de tirer de trop rapides et trop hasardeuses conclusions. Misons sur la raison plutôt que sur la provocation. Prenons exemple sur Mgr James, évêque de Nantes qui, après le saccage de sa cathédrale, a prononcé des paroles d'apaisement malgré son émotion. Résistons à la tentation de lancer des « bons mots » énervés sur Twitter ou Facebook. Respectons le deuil de la famille de Clément Méric. Refusons toute récupération. Oui, décidément, faisons obstacle à la spirale de la violence. On se calme...

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières