Leçons de football

agrandir La coupe du monde 2014
La coupe du monde 2014 © Shine 2014 / Flickr / CC
La coupe du monde 2014
La coupe du monde 2014 © Shine 2014 / Flickr / CC

Anne Ponce, directrice de la rédaction à Pèlerin, dévoile, en ces temps de Coupe du monde au Brésil, sa passion pour le ballon rond.

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 25/06/2014
  • Publié par :Anne Ponce
  • Édité par :François Boulard
  • Publié dans Pèlerin
    6865, du 26 juin 2014.

Au risque de vous surprendre, je fais partie de cette espèce étrange que sont les supporters de football. À la maison, entre mes trois fils et mon mari, c’est nettement moi la plus fan (désolée pour les stéréotypes de genre, comme on dit maintenant) : drapeau bleu blanc rouge sur les épaules, yeux rivés sur mon téléviseur et sauts de cabri quand Karim Benzema marque un but pour la France.

Je présente donc d’avance mes excuses aux lecteurs et lectrices de Pèlerin qui n’aiment pas le sport. Je suis désolée pour celles qui enragent de se faire monopoliser leur télé pendant un mois par des fans du ballon rond. Désolée pour ceux qui ne comprennent pas comment un jeu qui occupe 22 hommes en short avec des coupes de cheveux aussi déjantées peut être pris au sérieux.

Je sais bien que Pèlerin n’est pas L’Équipe, mais la Coupe du monde n’a lieu que tous les quatre ans : alors, une fois tous les quatre ans, je me permets de parler football. J’avoue que je me sens moins seule et moins ridicule depuis que nous avons un pape fan de football.

►Son. Écoutez l’édito d’Anne Ponce du 25 juin 2014.

 

Supporter assumé du club argentin de San Lorenzo depuis de longues années, François affectionne lui aussi le ballon rond. Il faut dire qu’avec une équipe d’Argentine emmenée par un joueur qui s’appelle Messi, ses excuses sont toutes trouvées.

Fair-play, évidemment, le pape a envoyé un message vidéo aux organisateurs et à tous les participants de la compétition : il espère que la Coupe du monde sera « une fête de la solidarité entre les peuples » et une école de paix.

À ceux qui doutent encore de l’intérêt du foot, je fais remarquer, enfin, que ce sport est porteur de quelques enseignements universels. Tout bon coach connaît en effet les clés du succès : libérer les talents individuels, jouer collectif, faire place aux jeunes, ne pas sous-estimer l’adversité, cultiver la confiance, résister à la pression, porter avec fierté les couleurs de son pays, ne jamais s’avouer battu.

Toutes ces lignes de conduite valent sur une pelouse mais elles gagneraient à être adoptées aussi sur d’autres terrains que ceux de sport, en particulier dans la France d’aujourd’hui. Alors, Didier Deschamps à l’Élysée ? ! Et Mathieu Valbuena à l’UMP ? ! Allez la France !

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 5 avril 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières