La revanche des moches

agrandir La revanche des carottes qui ne sont pas tout à fait... moches.
La revanche des carottes qui ne sont pas tout à fait... moches. © Racineur / Flickr / CC
La revanche des carottes qui ne sont pas tout à fait... moches.
La revanche des carottes qui ne sont pas tout à fait... moches. © Racineur / Flickr / CC

Les moches relèvent la tête dans les cagettes de légumes et de fruits. Et si ce phénomène dépassait le simple cadre de nos papilles ? La réflexion d'Anne Ponce, la directrice de Pèlerin, sur un sujet qui semble assez anecdotique et néanmoins assez significatif de l'air du temps.

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 29/10/2014
  • Publié par :Anne Ponce
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    6883, du 30 octobre 2014

D’habitude, ce sont les plus belles tomates qui friment dans les cagettes, les aubergines bien calibrées qui occupent les têtes de gondole, les pommes rutilantes qui monopolisent les étiquettes.

► Son. L'édito d'Anne Ponce.

 

Mais attention, la révolution est en marche dans nos paniers et nos assiettes. Que les artichauts standard craignent pour leur monopole, que les courgettes parfaites ravalent leur suffisance. Qu’ils tremblent carcasses. Car les moches relèvent la tête.

Vidéo. Les fruits et légumes Moches - La carotte démotivée.

 

Avez-vous repéré cette publicité pour « les fruits et légumes moches » ? Une chaîne de supermarché vend maintenant des denrées que les producteurs sont habituellement obligés de jeter : carottes tordues, oranges biscornues et concombres difformes.

Elle n’est pas la seule ; plusieurs enseignes font de même. M6 a proposé, quant à elle, une émission où de grands chefs cuisinaient un repas à partir de produits issus du gaspillage alimentaire.

Et, chez mon fromager, trône « le coin des sales tronches » : fromages un peu trop coulants, un peu trop faits mais… trop bons.

Et le succès est au rendez-vous pour ces produits hors normes. Car, nous, consommateurs, nous ne sommes pas si bêtes. D’une part, le gâchis et le gaspillage éhonté ne sont pas à notre goût. D’autre part, nous savons bien qu’être biscornu n’empêche pas d’être savoureux (démonstration quand vous voulez avec les pommes de mon jardin).

La dictature des apparences serait-elle en train de céder du terrain ? Les petits pois montrent la voie mais la revanche des moches pourrait aussi se déployer en faveur des êtres humains.

D’habitude, ce sont les stars les plus belles qui friment dans les gazettes, les profils bien calibrés qui occupent le premier plan, les hommes aux brillantes carrières qui monopolisent l’attention.

Notre société se montre souvent intolérante pour les faibles, les pas beaux, les cagneux ou les hors-norme.

Elle se révèle cruelle pour ceux qui n’ont pas la bonne plastique, le bon âge, la bonne productivité ou la santé sans faille. Là aussi, quel gâchis, quel gaspillage éhonté. Plus encore que pour les mandarines, la vraie beauté
des êtres humains est intérieure.

Et c’est l’unicité de chacun d’entre nous qui fait la saveur du monde. Décidément il est temps que les moches contre-attaquent !

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 5 avril 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières