Éducation civique, niveau 1

agrandir En cette rentrée 2014, les querelles infantiles ne sont pas que dans la cour de récrée !
En cette rentrée 2014, les querelles infantiles ne sont pas que dans la cour de récrée ! © Lahcène Abib
En cette rentrée 2014, les querelles infantiles ne sont pas que dans la cour de récrée !
En cette rentrée 2014, les querelles infantiles ne sont pas que dans la cour de récrée ! © Lahcène Abib

Alors que la majorité des élèves rejoint, cette semaine, les bancs de l'école, il serait bon pour la classe politique d'ouvrir, elle aussi, ses vieux cahiers et d'entamer de sérieuses révisions. La cloche a sonné, finie la cour de récrée, Anne Ponce, rédactrice en chef de Pèlerin, nous donne la première leçon ! 

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 03/09/2014
  • Publié par :Anne Ponce
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6875 du 4 septembre 2014

On marche sur la tête ! 

En cette rentrée 2014, je dois dire que la séquence politique Montebourg-Démission-Nouveau gouvernement m’a exaspérée.

Les élus sont censés concentrer leur énergie sur les réformes tandis qu’on attend de l’opposition des critiques constructives. Or, c’est le chahut dans la cour de récréation. Je proposerais donc volontiers à certains un stage de remise à niveau en éducation civique.

► Son. L'édito d'Anne Ponce sur RCF.

 

Révisions pour responsables politiques

Leçon 1 : le préambule de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. 

Ce texte insiste sur les droits mais aussi les devoirs des citoyens. Cela s’applique par conséquent à tous, y compris aux membres du gouvernement.

Quel sens cela avait-il donc pour Arnaud Montebourg de critiquer la politique économique d’une équipe dont il était lui-même le ministre… de l’Économie ? Je cherche encore. Surtout que ce manquement au devoir de solidarité s’est révélé aussi faute politique puisqu’il a valu à son auteur de perdre son poste.


Exercice 1 : commenter la phrase célèbre de Jean-Pierre Chevènement : « Un ministre, ça ferme sa gueule ; si ça veut l’ouvrir, ça démissionne. »


Leçon 2 : le principe de la République est « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » (art. 2 de la Constitution). Nous lisons bien « pour le peuple » et pas « pour la gloriole de quelques-uns ». J’ai donc trouvé grotesque le petit jeu qui a réjoui une part du microcosme politico-médiatique : pendant vingt-quatre heures, quelques personnalités ont cru malin de refuser d’entrer au gouvernement et surtout de s’en vanter. Prendre le risque d’exercer une mission au service du pays me semble pourtant plus glorieux.


Exercice 2 : recopier 100 fois l’article 2 de la Constitution. 


Leçon 3 : le respect des institutions.

Horripilante est notamment cette manie du tutoiement affiché en public entre élus, ministres, et même envers le président de la République.

Tous les écoliers de France apprennent pourtant cette règle élémentaire : on ne s’exprime pas en classe avec le professeur comme on parle entre copains dans la cour de récréation.


Exercice 3 : conjuguer la phrase : « Monsieur le Président je souhaite débattre avec vous des orientations du gouvernement. »


Mesdames et messieurs, fin de la récré et bonne rentrée ! 

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières