C'est quand l'été ?

agrandir C'est quand l'été ?
© Nicolas Decoopman / CC Flickr
C'est quand l'été ?
© Nicolas Decoopman / CC Flickr

Alors que la rentrée approche, Anne Ponce, directrice de Pèlerin, fait le bilan d'un été "désespérant", entre catastrophes aériennes, épidémie en Afrique et conflits incessants.

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 27/08/2014
  • Publié par :Anne Ponce
  • Édité par :Vincent Mui
  • Publié dans Pèlerin
    6874 du 28 août 2014

En cette fin du mois d’août, je suis un peu en rogne contre l’été. Il y a des années comme ça. Des étés qui ne ressemblent pas à l’été, ou du moins, à l’idée qu’on s’en fait. Un été digne de ce nom a
le visage de l’insouciance. Il a le goût des côtes d’agneau grillées au barbecue, des moules-frites et des melons dorés. Il bruisse de l’arrivée des vagues sur la plage, des annonces sur le quai de la gare, des cigales à l’heure de la sieste. Il se nourrit de Marcel Proust, Maylis de Kerangal ou Michael Connelly, bercé par une actualité engourdie, tout juste agité par quelques pseudo-révélations sentimentales des magazines people.

Son. Écoutez l'édito d'Anne Ponce du 28 août 2014.



Or, de ce point de vue, je suis désolée mais j’estime que l’été 2014 n’est pas à la hauteur. Mais alors pas du tout. L’actualité ne nous a laissé aucun répit. Il y a eu d’abord les catastrophes aériennes. Puis la progression du virus Ebola en Afrique. Le nouvel épisode du conflit entre Israéliens et Palestiniens est décidément désespérant. Tandis que l’avancée du fanatisme djihadiste et le drame des minorités chrétienne et yézidi en Irak laisse un sentiment d’épouvante. Le gouvernement de la France tangue. Et la situation en Ukraine est un rappel douloureux que l’Europe n’est pas à l’abri d’une guerre. Avec tout ça, on ose à peine évoquer la météo frisquette tant le sujet paraît dérisoire au regard de la marche du monde.

Évidemment, nous savons depuis longtemps que la guerre ou les catastrophes n’ont pas de saison. Mais comme nous aspirons à faire une pause, nous ne pouvons nous empêcher d’espérer que le mal et le malheur vont suspendre leur glaive. Ce n’est pas toujours le cas. Un été sans répit du côté de l’actualité nous renvoie alors avec acuité à des questions essentielles : pouvons-nous influer sur les événements ? L’humanité est-elle capable de progrès ou est-elle condamnée à retomber dans ses travers ? Que peut y faire chacun de nous ? « Sois le changement que tu veux pour le monde », disait Gandhi. Il ne faut « jamais perdre contact avec la réalité », vient de dire le pape François. Bon, pour affronter tout ça, je vous conseille quand même de vous reposer et de vous ressourcer de temps en temps. D’autres saisons nous attendent.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 21 juin 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières