Migrants et réfugiés : le pape propose des initiatives concrètes

agrandir Le 22 juin 2016, lors de l'audience générale place Saint-Pierre.
Le 22 juin 2016, lors de l'audience générale place Saint-Pierre. © Giuseppe Ciccia/NurPhoto / AFP photos
Le 22 juin 2016, lors de l'audience générale place Saint-Pierre.
Le 22 juin 2016, lors de l'audience générale place Saint-Pierre. © Giuseppe Ciccia/NurPhoto / AFP photos

Dans un message, publié ce lundi 21 août, en vue de la journée mondiale du migrant et du réfugié qui se tiendra le 14 janvier 2018, le souverain pontife renouvelle son appel à un accueil large et généreux.

À propos de l'article

  • Publié par :Cécile Picco
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    22 août 2017

Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer. Quatre verbes, « fondés sur les principes de la doctrine de l’Église », autour desquels doit s’articuler, selon le pape François, la réponse de l’Église face à la problématique des migrants. Pour chacune des étapes, du départ jusqu’au voyage, depuis l’arrivée jusqu’à l’éventuel retour, il dresse une liste très précise et concrète de mesures détaillées.

Lire ici le message du pape pour la 104e Journée mondiale du migrant et du réfugié.

Accueillir

« Tout immigré qui frappe à notre porte est une occasion de rencontre avec Jésus-Christ ». Pour le souverain pontife, accueillir signifie avant tout offrir aux migrants et aux réfugiés « de plus grandes possibilités d’entrée sûre et légale ». En ce sens, il préconise que soit « étendu et simplifié l’octroi de visas humanitaires et pour le regroupement familial », jusqu’aux grands-parents et aux petits-enfants.

Il appelle, en outre, à préférer d’autres solutions que la détention pour ceux qui entrent sur le territoire sans papiers et dénonce les expulsions « collectives et arbitraires ».

Le pape François plaide aussi pour « qu’un plus grand nombre de pays adopte des programmes de patronages privés et communautaires et ouvre des corridors humanitaires pour les réfugiés les plus vulnérables. »

Il réaffirme, par ailleurs, le principe de la centralité de la personne humaine, cher à son prédécesseur Benoît XVI, selon une formule qui ne manquera pas de faire débat : « Le principe de la centralité […] nous oblige à faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale ». 

Protéger

Le pape rappelle l’importance de protéger les migrants et réfugiés, et ce, dès le pays d’origine, en travaillant, notamment, davantage sur les informations qui leur sont communiquées. La protection se décline également, selon lui, en toute une série d’actions : de l’assurance d’« une assistance consulaire adéquate », au droit de garder toujours avec soi ses documents d’identité personnels,  en passant par un accès équitable à la justice, par la possibilité d’ouvrir des comptes bancaires personnels et par la garantie d’une « subsistance minimum vitale ».

Promouvoir

Le pape François rappelle par ailleurs, que si les compétences des migrants acquises dans leur pays d’origine sont reconnues et valorisées, elles peuvent représenter une vraie ressource pour les communautés qui les accueillent.

« Beaucoup de migrants et de réfugiés ont des compétences qui doivent être adéquatement certifiées et valorisées ».

Enfin, il encourage à œuvrer pour leur garantir un travail, et la possibilité de suivre des parcours de formation linguistique et de citoyenneté active.

Intégrer

« L’intégration n’est pas une assimilation qui conduit à supprimer ou à oublier sa propre identité culturelle », réaffirme le souverain pontife. Il invite à favoriser la culture de la rencontre et à multiplier les opportunités d’échange interculturel. 

Si les résultats espérés ne peuvent être atteints sans la contribution de la communauté politique et celle de chaque citoyen, le pape assure que l’Eglise est disponible pour « s’engager en première ligne en vue de réaliser les initiatives proposées ».


 « L’Église est disponible pour s’engager en première ligne en vue de réaliser les initiatives proposées ».

Dès les premiers mois de son pontificat, le pape François a exprimé à plusieurs reprises sa préoccupation à l’égard des migrants. En avril 2016, au cours d’une visite sur l’île de Lesbos en Grèce, il a notamment voulu adresser un message fort à l’Europe en ramenant, au Vatican, trois familles de réfugiés syriens.

À lire aussi sur Pèlerin.com : La prière du pape en faveur des migrants et des réfugiés, prononcée sur l’île de Lesbos.


Retrouvez des réactions suite à la publication du message du pape François, dans Pèlerin n°7031 du 31 août 2017.

Vos commentaires

1 Commentaire Réagir

Sécurité nationale secondaire?

Nicolas 77 27/08/2017 à 10:04

Je ne comprends pas pourquoi le pape jette de l'huile sur le feu. En plein contexte d'attentats en Europe et dans le monde entier, la sécurité nationale importe tout autant. Pensons notamment aux forces de l'ordre qui se mettent en danger pour ... lire la suite

Paru le 16 novembre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières