Mgr Jean-Paul Vesco : "Toute amitié est spirituelle"

agrandir Mgr Jean-Paul Vesco : "Toute amitié est spirituelle"
© Adobestock Darkmedia
Mgr Jean-Paul Vesco : "Toute amitié est spirituelle"
© Adobestock Darkmedia

Quand un dominicain, évêque d’Oran (Algérie), s’intéresse à une valeur universelle, cela donne un petit livre, L'amitié, léger et profond à la fois. Idéal à glisser dans sa valise, ou à offrir... à un ami.

À propos de l'article

  • Publié par :Marie-Christine Vidal
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    7027 du 3 août 2017

Quelle est votre définition de l’amitié ?

Je la définirais d’abord par ce qu’elle n’est pas. Ce n’est pas l’amour amoureux. Ce n’est pas la relation fraternelle. L’ami, c’est celui dans les yeux duquel je me reconnais, et qui se reconnaît en moi. Ce lien peut être très visible (par exemple, quand on a grandi ensemble ou quand on partage une même passion) ou invisible. L’amitié véritable engage tout l’être : avec l’ami, on se livre. Ce n’est pas une valeur faible !

Pour vous, l’ami est « celui en qui Je me repose »…

Oui : en sa présence, je trouve le repos. Non pas pour m’endormir sur mes acquis, mais pour me reposer dans la relation sans crainte d’être jugé. Le regard de l’ami est plus bienveillant que celui que l’on porte sur soi-même. C’est un amour inconditionnel. Comme celui des parents pour leurs enfants.

L’amitié est donc une question de regard ?

Oui. Souvenez-vous de Zachée (Lc 19). Quand Jésus le regarde, il se reconnaît tel qu’il est au fond de lui-même. Il est libéré. Jésus peut me regarder dans ma misère sans me juger, avec un regard qui relève. Ce n’est pas sans exigence ! Le regard de l’ami libère mais dit la vérité.

Vous établissez un lien entre amitié et eucharistie…

Quand j’ai été ordonné prêtre, j’ai décidé que la célébration de l’eucharistie ne serait pas de l’ordre du travail mais serait un moment de repos. De fait, quand je la célèbre, mes soucis du quotidien disparaissent. C’est comme cela que j’ai fait le lien avec l’amitié. Souvenez-vous des paroles du Christ lors de son dernier repas : « Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître (Jn 15, 15).» On ne peut pas annoncer l’Évangile sans nouer un lien d’amitié.

Quelle est la différence entre fraternité et amitié ?

La fraternité, on ne la choisit pas. En christianisme, on la reçoit car on est fils de Dieu. La fraternité chrétienne ne peut être mise en œuvre que si elle est choisie. Même si c’est compliqué, il « faut » aimer tout le monde. Dans le même mouvement que Jésus, pour qui chacun est singulier. Quand on entre dans une relation singulière, on noue un lien d’amitié.

Peut-on être ami avec ses frères et sœurs, ses parents ?

Si ce n’est pas le cas, avec le temps, ces relations deviennent compliquées. En devenant adulte, on se choisit à nouveau comme frères et sœurs : on devient amis. Entre parents et enfants, c’est la même chose. On apprend à goûter au plaisir d’être ensemble.

(...)


L’amitié, de Jean-Paul Vesco, éd. Bayard, 150 p. ; 14,90 €.


Capture d’écran 2017-07-31 à 17.13.55

Retrouvez notre entretien complet dans le numéro 7027 de Pèlerin du jeudi 3 août 2017.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 7 décembre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières