Mélanie Thierry : “En visitant le Saint-Sépulcre, j’ai été prise de vertige”

agrandir Mélanie Thierry a débuté sa carrière comme mannequin avant de devenir actrice.
Mélanie Thierry a débuté sa carrière comme mannequin avant de devenir actrice. © Denis Guignebourg / Bestimage
Mélanie Thierry a débuté sa carrière comme mannequin avant de devenir actrice.
Mélanie Thierry a débuté sa carrière comme mannequin avant de devenir actrice. © Denis Guignebourg / Bestimage

À 36 ans, cette actrice libre, discrète & touchante, préfère les films fragiles ou audacieux aux grosses productions cinématographiques.

À propos de l'article

  • Créé le 23/01/2018
  • Modifié le 22/01/2018 à 10:00
  • Publié par :Laurent Djian
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    7052 du 25 janvier 2018

La dernière fois que vous avez ri ?
Avec mes enfants. Je me régale de les voir mettre autant de ferveur et de malice à me raconter une blague.

La dernière fois que vous avez pleuré ?
À la mort de leur nounou, qui habitait au-dessus de chez nous depuis dix ans. J’ai subitement pris conscience que j’allais devoir continuer à être mère sans elle, sans son regard bienveillant au quotidien. Cela m’est tombé dessus comme un couperet. J’en ai été bouleversée.

Ce qui vous fait peur ?
Je vais me faire retirer mes dents de sagesse tout à l’heure. J’ai déjà songé annuler dix fois le rendez-vous depuis ce matin, tellement j’angoisse.

La dernière fois que vous avez demandé pardon ?
J’entretiens des relations pas toujours évidentes avec mon frère, on en souffre l’un et l’autre. Je lui ai récemment demandé pardon de ne pas être suffisamment à l’écoute.

Une bonne raison de vous lever chaque matin ?
Durant le tournage de mon dernier film, la douleur, afin de ressentir la fatigue physique de mon personnage, je m’efforçais de faire un jogging quotidien, entre 5 et 6 heures du matin. Qu’il pleuve ou qu’il vente. J’avais un mental d’acier. Entre deux tournages, c’est plus compliqué. Je peine à me lever à 7 heures…

Ce que vous aimeriez changer en vous ?
Arriver à mettre la tête sous l’eau.

Quel est votre objet chéri ?
La bague de fiançailles de ma mère.

Votre héros du quotidien ?
Mon pâtissier. J’y vais tous les jours et il me donne même parfois des cours le week-end.

Si vous aviez une baguette magique, quel rêve réaliseriez-vous ?
Rester toute l’année à l’heure d’été.

Vous avez un rendez-vous de cinq minutes avec le pape François. Quel sujet abordez-vous ?
Je voudrais découvrir quels sont ses films cultes – c’est le cas de le dire – et savoir s’il va souvent au cinéma.

Pour vous, Jésus, c’est…
Un samedi soir, juste après avoir joué Le vieux juif blonde au théâtre, je suis partie sur un coup de tête rejoindre mon mec (le chanteur Raphaël, NDLR) à Jérusalem, où il donnait un concert. Le lendemain, en visitant le Saint-Sépulcre, j’ai été prise de vertige. Une émotion d’une puissance inouïe s’est emparée de moi, je déraisonnais totalement. Je n’oublierai pas ce moment. Jamais je ne me suis sentie aussi proche de Jésus…

Votre personnage préféré de la Bible ?
Moïse, parce que l’histoire du passage de la mer Rouge m’a toujours fascinée.

Vous rencontrez Dieu en vrai. Qu’aimeriez-vous qu’il vous dise ?
Je te souhaite le meilleur pour La douleur. Le film mérite de rencontrer son public. (NDLR : Dans le film La douleur, adapté du roman autobiographique de Marguerite Duras et situé en 1944, elle interprète l’écrivaine, dont le mari a été déporté.)

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 10 mai 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières