La Manif pour tous continue à mobiliser

agrandir Une marée humaine s'est déployée à Paris entre la Grande Arche de la Défense et l'arc de triomphe de l'Etoile.
Une marée humaine s'est déployée à Paris entre la Grande Arche de la Défense et l'arc de triomphe de l'Etoile. © Corinne Simon /Ciric
Une marée humaine s'est déployée à Paris entre la Grande Arche de la Défense et l'arc de triomphe de l'Etoile.
Une marée humaine s'est déployée à Paris entre la Grande Arche de la Défense et l'arc de triomphe de l'Etoile. © Corinne Simon /Ciric

Alors que beaucoup prévoyaient l'essoufflement du mouvement, la deuxième manifestation nationale des opposants au mariage pour tous a fait le plein, le 24 mars 2013.

À propos de l'article

  • Créé le 29/05/2013
  • Modifié le 29/05/2013 à 14:00
  • Publié par :Laurence Desjoyaux
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    6800 du 28 mars 2013

« François, ta loi, on n'en veut pas ! » Il est 11 h 45 ce dimanche 24 mars 2013, dans le hall de la gare Montparnasse, à Paris, et des centaines de personnes arrivent par les trains spéciaux en provenance du Sud-Ouest.

Gonflés à bloc par neuf heures de voyage, ils viennent « envahir Paris » pour demander à François Hollande de retirer le projet de loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe.

« Vous êtes la grande armée de France. Vous êtes celle des régions, des banlieues, des villes », leur lance Frigide Barjot, l'égérie du collectif La manif pour tous, venue les accueillir sur le quai.

Quelques heures plus tard, « ces Français bien élevés qui payent leurs impôts », comme elle les décrit, sont des centaines de milliers à occuper l'avenue de la Grande-Armée et son prolongement, sur cinq kilomètres, entre la Grande Arche du quartier de la Défense et l'arc de triomphe de l'Étoile.

Vidéo. Compte-rendu de la manifestation par Euronews.

 

Une marée humaine rose et bleue de 300 000 personnes selon la police, 1,4 million pour les organisateurs, soit plus que le million annoncé lors de la manifestation nationale du 13 janvier 2013.

Les manifestants sont si nombreux qu'ils remplissent aussi deux autres artères menant à la place de l'Étoile. Entre discours et slogans lancés depuis le podium, l'organisation est bien rodée et l'ambiance reste bon enfant, même si un mouvement de foule et les provocations de quelques extrémistes déclenchent, en marge du mouvement, des tirs de gaz lacrymogène par les CRS.

Pourtant, l'organisation d'une deuxième mobilisation nationale était un pari risqué. L'adoption du projet de loi de mariage pour tous à l'Assemblée nationale aurait pu décourager ceux qui avaient déjà défilé en janvier. C'était sans compter la détermination des manifestants.

« Pour les antimariage homo, il ne s'agit pas de défendre une corporation, mais de dénoncer une atteinte insupportable à un fondement de la société, analyse Jérôme Fourquet, directeur du département opinion publique à l'Ifop. Ils estiment de leur devoir d'élever la voix, même si le combat semble perdu d'avance. »

L'ampleur du rassemblement national du 13 janvier 2013 a été cruciale. « Cela a été un réveil pour des personnes qui ne manifestaient jamais », estime Tugdual Derville, porte-parole de La manif pour tous et délégué général d'Alliance Vita.

« Si la mobilisation de janvier avait été en demi-teinte, le mouvement se serait éteint de lui-même », constate Jérôme Fourquet.

 Vidéo. Le teaser du mouvement Manif pour tous pour la manifestation du 24 mars.

 

Depuis janvier 2013, les bénévoles de La manif pour tous, s'appuyant souvent sur les réseaux associatifs catholiques, ont mis les bouchées doubles. Deux millions de tracts ont été distribués à travers toute la France.

En deux mois, une vingtaine de meetings ont été organisés dans les grandes villes de France rassemblant, parfois, des centaines de personnes. L'exaspération provoquée par le rejet au Conseil économique, social et environnemental (Cese) de la pétition des opposants, qui a recueilli 700 000 signatures, a fait le reste.

► Lire la suite de l’article Manif pour tous : la « grande armée » au rendez-vous  de Laurence Desjoyaux dans Pèlerin  n° 6800 du 28 mars 2013.

Trouvez Pèlerin  chez le marchand de journaux le plus proche de chez vous (entrez "Pèlerin" puis votre adresse postale).

Auteur(s) : Laurence Desjoyaux , édité par Estelle Couvercelle , photo : Corinne Simon /Ciric - Paru dans Pèlerin N° 6800 du 28 mars 2013

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières