Luc Alphand : “Enfant, j'ai été servant d'autel”

agrandir Luc Alphand est né le 6 août 1965 à Briançon dans les Hautes-Alpes.
Luc Alphand est né le 6 août 1965 à Briançon dans les Hautes-Alpes. © nathalie Guyon
Luc Alphand est né le 6 août 1965 à Briançon dans les Hautes-Alpes.
Luc Alphand est né le 6 août 1965 à Briançon dans les Hautes-Alpes. © nathalie Guyon

À 52 ans, l'ancien champion de ski, qui avait relevé le défi du Paris-Dakar, s'est imposé comme un consultant sportif hors pair à la télévision.

À propos de l'article

  • Créé le 20/02/2018
  • Publié par :Estelle Couvercelle
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    7055 du 15 février 2018

La dernière fois que vous avez pleuré ?  
Le 13 novembre dernier, quand le skieur David Poisson a trouvé la mort lors d'un entraînement au Canada.

Ce qui vous met en colère ?  
Le jugement des autres, quand ils ne savent pas de quoi ils parlent. 

Ce qui vous fait peur ?  
La maladie. 

Votre remède contre la déprime ?  
Partir marcher en montagne. En hiver, je chausse les raquettes. Au printemps, j'enfile mes godillots.

Un geste d'amour ?
Prendre quelqu'un dans mes bras pour manifester mon affection, mon respect et parfois aussi pour le consoler.

Ce que vous aimeriez changer en vous ?  
Mon impulsivité. Mais avec l'âge, je deviens un peu moins sanguin.

Si vous deviez faire un autre métier ? 
Pilote d'hélicoptère pour participer aux opérations de secours. Je suis d'ailleurs parrain du PGHM (peloton de gendarmerie de haute montagne, spécialisé dans le secours de victimes en milieu périlleux, NDLR) de Briançon.

Votre film culte ?
Les bronzés font du ski, car j'adore rire !  

La musique qui vous fait vibrer ?
 Jammin', de Bob Marley. C'est une chanson intemporelle.

Votre devise ?
Rester positif… du moins essayer.

Votre mot préféré ? 
Virage, que ce soit à skis ou en voiture. Ma vie est tout en courbes. 

Quel est votre objet chéri ?  
Le trophée du Paris-Dakar, que j'ai remporté en 2006. C'est la seule récompense que je garde à la maison.

Votre héros du quotidien ?  
Ma femme, Anna-Karin. Avec un « k » et sans « e », s'il vous plaît : elle est suédoise ! Elle est mon repère, celle qui « tient la baraque ». Elle a élevé nos trois enfants.

Que reste-t-il de l'enfant que vous étiez ?  
Je suis un grand gamin prêt à me lancer dans des paris fous. J'aime les risques.

Si vous aviez une baquette magique, quel rêve réaliseriez-vous ?  
Marcher sur la Lune.

Vous avez un rendez-vous de cinq minutes avec le pape François. Quel sujet abordez-vous ?  
En tant que croyant, j'aimerais le saluer pour son engagement à transmettre son message de paix au monde entier.

Pour vous, Jésus c'est...
Une icône de ma religion. Je suis issu d'une famille pratiquante. Enfant, j'ai été servant d'autel. Aujourd'hui, c'est compliqué pour moi d'assister à la messe car je travaille surtout les samedis et dimanches.

Vous rencontrez Dieu en vrai. Qu'aimeriez-vous qu'il vous dise ? 
Quelle trace as-tu laissée derrière toi ?

Prier rime avec...
Calme, silence, sérénité.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 14 juin 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières