Lourdes : Les sept citations clés du discours de Mgr Pontier aux évêques de France

agrandir Lourdes : Les sept citations clés du discours de Mgr Pontier aux évêques de France
© BERTRAND GUAY/AFP
Lourdes : Les sept citations clés du discours de Mgr Pontier aux évêques de France
© BERTRAND GUAY/AFP

Prudent mais ferme, Mgr Georges Pontier, président de la Conférence de évêques de France (CEF), a ouvert, le 28 mars 2017, l’Assemblée plénière des évêques à Lourdes. Prononçant un discours à teneur politique, il n’a pas évité les sujets brûlants qui les concernent actuellement : gestion des cas de pédophilie, engagement en faveur des réfugiés, ou encore, l’élection présidentielle.

À propos de l'article

  • Publié par :Laurence Faure
  • Édité par :Laurence Faure
  • Publié dans Pèlerin
    Pèlerin.com, le 28 mars 2017

Le baptême des catéchumènes à Pâques

En ouverture de son discours, Mgr Georges Pontier a choisi de saluer avant tout les catéchumènes qui recevront le baptême à Pâques dans de nombreux diocèses en France : « Leur vie quotidienne n’en sera pas vraiment changée dans sa matérialité, mais elle sera habitée par la présence de Celui qui invite au pardon, au service, au souci des frères et qui ne nous laisse jamais seul. Le mystère pascal fonde notre espérance, soutient notre marche ici-bas, nous oriente vers une vie donnée à la ressemblance de celle que le Christ a vécue, "Lui qui est passé en faisant le bien" (Actes 10,38) »

La gestion des cas de pédophilie

Difficile de ne pas voir ici une réponse aux derniers remous médiatiques provoqués autour de la gestion des cas de pédophilie par l’Église en France ; et aux constats sans appel de la récente émission Cash Investigation (France 2) sur le sujet. Dans un paragraphe intitulé « Nos fragilités et nos fautes », Mgr Pontier s’exprime ainsi :

« Nous, nous connaissons nos fragilités et nos fautes. Nous ne sommes pas parfaits. On nous rappelle souvent celles qui concernent les évêques ou les prêtres, parfois avec des approximations et des généralisations qui n’apparaissent pas toujours à ceux qui n’ont que ces informations. (…) Qu’on veuille bien nous croire : nous sommes profondément touchés par la souffrance des victimes et nous voulons les accueillir et les écouter de notre mieux. Nous sommes résolus à aider la justice à faire son travail. Rien ne peut nous en dispenser. Nous invitons les victimes à porter plainte auprès des autorités judiciaires auxquelles, pour notre part nous signalerons les faits qui nous seraient révélés. Mais qu’on veuille bien cesser de laisser entendre que tout prêtre est un pédophile potentiel. Qu’on arrête de taire toutes les décisions prises en ce domaine par notre Conférence depuis des années et tous les changements dans notre manière d’aborder ces faits. »

La campagne électorale actuelle

Le président de la CEF a évoqué les troubles provoqués par la campagne présidentielle et ses "scandales"... et le risque d'en oublier les réalités que vivent les plus démunis ... « (...) La campagne électorale qui se déroule a apporté son lot d’informations, de suspicions, d’outrances, de fautes et finalement de violence même par rapport à cette part de la population française qui arrive tout juste à vivre et à faire des projets. Le rapport à l’argent peut aveugler et empêcher de percevoir le drame profond que vivent ceux qui n’ont pas accès au travail, à un logement digne, à la culture. Au cours de ces dernières années l’écart des revenus entre les plus riches et les plus pauvres n’a cessé d’augmenter.

(…) L’exercice du pouvoir est exigeant. Il nécessite une vigilance de tous les instants pour demeurer au service du bien commun et ne pas en tirer un profit personnel aux effets désastreux. Vivre dans une démocratie est une chance ; c’est aussi une responsabilité. » 

Accueil du handicap et Famille

Citant explicitement l’exemple de Mélanie Ségard, cette jeune femme trisomique qui avait présenté la météo sur France 2 le 14 mars dernier, réalisant ainsi son rêve, Mgr Pontier affirme :

« (…) Dès lors, qui pourrait dire que ces vies ne méritent pas d’être vécues et qu’elles n’apportent rien à notre société ?  Qui n’a pas expérimenté que la faiblesse n’est pas sans signification ? Qui n’a pas reçu de ceux qui en sont porteurs ? (…) Nous déplorons une fois de plus que notre société aille vers des pratiques eugéniques et ne puisse prendre en compte les démarches de soutien et de réflexion auprès des couples qui découvrent le handicap prévisible d’un de leurs enfants à naître. Les progrès scientifiques fournissent des informations qui étaient ignorées auparavant. Cela devrait déboucher sur de meilleures thérapies et non sur une culture qui, voulant l’enfant parfait, recommande d’éliminer l’embryon porteur de handicap. »

Dans un autre point de son discours, Mgr Pontier a également cité l’exhortation apostolique, Amoris Laetitia, qui avait fait suite aux deux synodes sur la famille, insistant sur le devoir de protection de la famille : « La famille est un lieu essentiel d’humanisation, d’apprentissage de la vie et de l’amour, un soutien tout au long de l’existence, un lieu de bonheur quand les inévitables épreuves sont traversées dans l’humilité, le pardon et la confiance. (…) Par ailleurs, il n’y a pas de droit à l’enfant et brouiller les repères de la filiation devrait apparaître comme une limite à ne pas franchir. Nous espérons que les futurs gouvernants de notre pays en auront une vive conscience. »

Le sens du mot « fraternité » et l’accueil des réfugiés

Sans citer explicitement le parti du Front National, le président de la CEF a néanmoins égratigné ceux qui « pensent » un « avenir replié sur soi-même » : « (…) "Liberté, égalité, fraternité". Il s’agit d’un idéal jamais atteint et toujours en chantier. Mais on pourrait dire qu’aujourd’hui la fraternité a besoin d’être mise à la première place. Non pas la fraternité affichée comme un vague sentiment qui donne bonne conscience, mais celle qui se transforme en engagement concret en faveur des plus défavorisés, des chômeurs et aussi des migrants, des réfugiés venus en France en fuyant les conditions de vie devenues dangereuses ou misérables dans leur pays d’origine. Heureusement, au ras du terrain, cette fraternité se vit dans un tissu associatif généreux, engagé, durable, qui mérite d’être encouragé et soutenu. Nous ne pouvons pas penser notre avenir, chacun replié sur soi-même. Certains le pensent.

La place de l’Islam en France

Mgr Pontier a insisté sur la « présence nombreuse » de citoyens français musulmans, appelant à ne pas esquiver, ni cette « réalité », ni la nécessité du dialogue, entre citoyens, et entre fidèles de différentes religions.

« Parmi les réalités qui marquent notre société française, on ne peut oublier la présence nombreuse de concitoyens de religion musulmane. C’est une réalité maintenant ancienne dont les jeunes font l’expérience quotidienne dans leur vie scolaire et associative. Le contexte international marque notre manière de l’appréhender. Les conflits du Moyen-Orient sont venus rompre un équilibre longtemps vécu pour le mieux. Nos frères chrétiens en sont des victimes douloureuses. (…) Notre société hésite sur la place à faire à la religion musulmane dans notre pays (…) Plus qu’un risque cette question est un défi qu’il nous faut ensemble relever. Il est nécessaire que du sein de la population française musulmane se lèvent des responsables qui aident leurs frères à inscrire la pratique de l’Islam dans notre République (…) Pour nous, catholiques, nous savons que seuls le dialogue et la rencontre permettent de grandir dans la connaissance et le respect mutuel. »

Anniversaire de l'Union européenne

« Ce samedi 25 mars dernier, se fêtait à Rome le soixantième anniversaire de la signature des traités de Rome, acte fondateur de l’Union européenne. (...) Beaucoup de voix s’expriment pour que l’Europe retrouve cet esprit solidaire qui a présidé à son histoire. (...) Les réalités de la société et de l’Eglise ont évolué [depuis dix ans, NDLR]. Il est devenu nécessaire de faire le point sur nos fonctionnements, sur des besoins nouveaux et des réalités qui s’estompent. Nos moyens ne sont pas infinis. Des choix s’imposent. Au cours de cette assemblée nous poursuivrons notre réflexion sur la réforme de nos structures. »

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 10 août 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières