2. Les Evangiles sont-ils "fiables" ?

agrandir Sept questions sur Jésus
Sept questions sur Jésus © DR
Sept questions sur Jésus
Sept questions sur Jésus © DR

L'humanité de Jésus, la véracité des Évangiles n'ont cessé de susciter des polémiques. Voici la vérité sur le Nazaréen... de sources sûres. Deuxième question : Les Evangiles sont-ils "fiables" ?

Oui. « Mais à condition de les traiter en historien », souligne aussitôt Jean-Christian Petitfils, auteur, en 2011, d'un volumineux Jésus. En effet, les Évangiles présentent entre eux des différences importantes.

Le déroulé chronologique des trois Évangiles de Luc, Marc et Matthieu, par exemple, ne recoupe pas celui de Jean. Les premiers obéissent à un plan linéaire - la prédication de Baptiste, le baptême de Jésus, la prédication en Galilée durant un an, la montée à Jérusalem et la crucifixion - tandis que sous la plume de Jean, Jésus effectue plusieurs allers et retours à Jérusalem et sa prédication dure trois ans.

« Les textes de Luc, Marc et Matthieu ont, en réalité, été rédigés par plusieurs auteurs et rapportent la vie de Jésus dans un souci didactique, explique Jean-Christian Petitfils. Jean, témoin oculaire direct des événements, apparaît comme le plus fiable aux yeux des historiens. »

Plus récemment, des découvertes archéologiques sont venues corroborer l'existence de personnages ou de pratiques cités dans les Évangiles. Le socle d'une statue portant les noms de Tibère et de Ponce Pilate a ainsi été exhumé à Césarée, dans l'actuel Israël, en 1961.

► Vidéo. "Jésus gérit". Source : KTO.

 

« C'est le premier document épigraphique concernant celui que les chrétiens considèrent comme un repère historique majeur puisque son nom est le seul mentionné au Credo - 'Crucifié pour nous sous Ponce Pilate...' », relève Michel Quesnel. De nombreux caveaux similaires à celui décrit dans les Évangiles, creusés à flanc de coteau et fermés par une pierre roulée devant l'entrée, ont aussi été découverts : le corps enveloppé dans un linge y était déposé sur un lit de pierre.

Un an plus tard, les ossements du défunt étaient rassemblés dans un ossuaire en calcaire. Cette tradition funéraire a duré environ un siècle jusqu'à l'an 100."

"Enfin, note Jean-Christian Petitfils, dans une société où les textes sacrés se transmettaient oralement, les techniques de mémorisation rabbiniques étaient suffisamment performantes pour que l'on puisse accréditer les Évangiles d'un haut degré de fidélité aux propos tenus par Jésus en public."

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 5 avril 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières