Les derniers jours du Christ

Chroniqueur à Pèlerin et Prions en Église, le père assomptionniste Jacques Nieuviarts propose sa lecture de l’Évangile de la Passion. De l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem à la mise au tombeau du Christ crucifié.

C’est l’heure de plein midi. Un homme marche sur le chemin. Quelques autres l’accompagnent. Ils viennent de Galilée. Ils sont douze ou quinze, des hommes et quelques femmes, fatigués certes, mais leurs échanges pourtant sont animés. Chacun sait où les conduit leur marche : à Jérusalem, la ville qui est au cœur de tous, la cité où bat le cœur de Dieu. On y mène déjà activement les préparatifs de Pessah, la Pâque.

►Vidéo. Deux minutes à la foi - En quoi la crucifixion peut-elle nous interpeller ? Source: Diocèse de Paris.

 

Au milieu de ce groupe, Jésus a le pas décidé. Son visage laisse transparaître une tension que les autres ne mesurent pas vraiment. Pour la troisième fois, il leur annonce que Jérusalem lapide les prophètes, et qu’il doit y souffrir et même y mourir.

Il ajoute : « Et ressusciter d’entre les morts. » Mais eux ne comprennent pas. Ils parlent, en fait, de tout autre chose. Leur question est de savoir qui est le plus grand.

►Vidéo. Le pape François lors de la veillée pascale 2013 : "Accepter que Jésus ressuscité entre dans vos vie". Source : TF1.

 

Jésus leur dit tout net que c’est la place d’esclave qui est la plus grande, laissant entendre que c’est en tout cas la sienne : servir et donner sa vie pour tous. Cela les attriste qu’il parle ainsi, mais ils le laissent faire, comme s’il parlait au milieu d’eux une langue qu’ils ne connaissent pas.

Dieu seul sait où ils bivouaquent en chemin. Au deuxième matin, les voilà aux portes de Jérusalem. Leur groupe s’est peu à peu élargi à l’approche de la ville. Pour la plupart, des gens de peu : des éclopés et des boiteux.

Quelques pécheurs notoires aussi, dont quelques-uns qui pactisent volontiers avec les Romains, comme ces publicains qui récoltent l’impôt en se servant largement au passage. À ceux-là, Jésus dit qu’ils sont aimés de Dieu et que cela change le signe de leur vie. Il dit aussi qu’il n’est pas là pour les juger mais plutôt pour que tous vivent.

Vidéo. La crucifixion de Jésus. Source: Campus pour Christ Suisse romande.

 

Il ajoute inlassablement, depuis près de trois ans que ses disciples le connaissent, que Dieu aime ces pauvres-là, beaucoup plus que ceux qui, enfermés dans leur tour d’ivoire et d’orgueil, ne manifestent pas beaucoup de cœur à l’égard des petits !

Aux portes de la ville, la petite troupe trouve un ânon de quelques semaines. Se déroule alors une curieuse mise en scène. Jésus s’assied sur l’ânon et la foule, spontanément, ramasse des brassées de verdure et jette au sol manteaux, voiles et turbans, pour une entrée royale à leur façon. À la façon des pauvres. Ils crient « Hosanna ! » l’acclament comme le Messie.

►Vidéo. Passion de Jésus - Définition et origine. Source : Croire.com


Et ils entrent ainsi dans la ville jusqu’au Temple. Mais là, sans surprise, c’est le tollé des grands prêtres et des scribes. Eux prétendent connaître les voies de Dieu et font taire la voix de ces estropiés et de ce petit peuple pour lequel ils n’ont jamais conçu beaucoup d’estime. Ils aiment ce qui est pur et abhorrent cette piétaille sans aucun principe, sans feu ni Dieu.

Jésus, lui, va droit au Temple, bousculant sur son passage tout ce qui ressemble à du commerce. Serait-ce pour ouvrir le passage devant lui à tous ceux qui s’engouffrent alors à sa suite, comme aimantés par sa présence, au grand dam des scribes et grands prêtres ?

Ce ramassis de gens jusqu’alors tenus à l’écart pour défauts physiques ou moraux ! Les lois de pureté en prennent un sérieux coup, mais Jésus ne se laisse pas émouvoir par les récriminations et les invectives lancées sur son passage. Il trace le chemin et affirme sereinement que c’est le chemin de Dieu.


► Retrouvez l'intégralité de l'article dans Pèlerin n° 6855 du 17 avril 2014. Notre magazine consacre un dossier de 8 pages sur Jésus.

Trouvez Pèlerin chez le marchand de journaux le plus proche de chez vous (entrez "Pèlerin" puis votre adresse postale).

Vos commentaires

1 Commentaire Réagir

Le comportement de la foule les derniers jours de Jésus

Levergero78 08/04/2015 à 18:14

Vous écrivez : "Jésus s’assied sur l’ânon et la foule, spontanément, ramasse des brassées de verdure et jette au sol manteaux, voiles et turbans, pour une entrée royale à leur façon. À la façon des pauvres. Ils crient « Hosanna ! » l’acclament ... lire la suite

Paru le 19 avril 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières