"Jésus de Nazareth", le livre de Benoît XVI aborde la Passion du Christ

agrandir Dans son livre, Benoît XVI se concentre sur quelques « points névralgiques » : Rédemption, Eucharistie, prière sacerdotale, Résurrection…
Dans son livre, Benoît XVI se concentre sur quelques « points névralgiques » : Rédemption, Eucharistie, prière sacerdotale, Résurrection… © Evandro Inetti/Zuma/Visual
Dans son livre, Benoît XVI se concentre sur quelques « points névralgiques » : Rédemption, Eucharistie, prière sacerdotale, Résurrection…
Dans son livre, Benoît XVI se concentre sur quelques « points névralgiques » : Rédemption, Eucharistie, prière sacerdotale, Résurrection… © Evandro Inetti/Zuma/Visual

De l'entrée à Jérusalem jusqu'à la Résurrection, Jésus de Nazareth, le nouveau livre du pape Benoît XVI, médite la Passion de Jésus. En librairie dès le 10 mars 2011, l'ouvrage érudit plonge au cœur de la foi et partage les fruits de nombreuses années de travail du théologien Joseph Ratzinger.

« J'espère qu'il m'a été donné de m'approcher de la figure de Notre Seigneur d'une manière qui puisse être utile à tous les lecteurs qui désirent rencontrer Jésus et croire en Lui. » Des Rameaux à l'Ascension, en passant par la dernière Cène, le procès et la crucifixion, la foi chrétienne se trouve condensée en 350 pages dans le livre Jésus de Nazareth.

Encouragé par la bonne réception du premier volume, Benoît XVI a poursuivi le travail entamé par le cardinal Joseph Ratzinger.

Consacrer toutes ses forces à la rédaction du livre

Le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi ne cachait pas son projet, une fois l'âge de la retraite venu, de consacrer toutes ses forces à la rédaction de son livre sur Jésus. Élu pape, Benoît XVI n'a heureusement pas abandonné le projet.

Au printemps 2007 paraissait en librairie le premier tome de Jésus de Nazareth (Éd. Flammarion), dans lequel l'auteur retrace la vie publique de Jésus, de son baptême à la Transfiguration. Plus de 400 000 exemplaires de ce livre ont été vendus.

Il fallait trouver l'énergie pour écrire la suite : « Le fait que d'éminents maîtres de l'exégèse m'aient explicitement confirmé dans le projet de poursuivre mon travail et d'achever l'œuvre commencée fut pour moi un précieux encouragement. »

Le deuxième tome était achevé il y a presque une année, le 25 avril 2010, à Rome. Reste à Benoît XVI un troisième et dernier volume à écrire autour des évangiles de l'enfance... Travail auquel se met Joseph Ratzinger qui promet sur le sujet un « petit fascicule, tant que la force de le faire me sera donnée ».

►Vidéo. Jésus de Nazareth : le livre de Benoît XVI Source: KTO



La critique de l'ouvrage

Un livre de théologien, une référence : le livre de Benoît XVI s’imposera comme un élément essentiel de la recherche exégétique. Les positions sont clairement établies : le pape, par exemple, dépasse l’interprétation historico-critique qui « a désormais donné tout ce qu’elle avait d’essentiel à donner ».

Ce travail, Benoît XVI l’inscrit dans un débat ouvert, faisant à maintes reprises référence aux travaux actuels ou anciens d’autres théologiens, universitaires, catholiques, protestants, citant volontiers le théologien protestant Rudolf Bultmann.

Il n’a pas le temps de s’arrêter sur toutes les questions, signalant juste parfois les débats que peut susciter notamment l’étude comparative des Évangiles. En revanche, il se concentre sur quelques « points névralgiques » : Rédemption, Eucharistie, prière sacerdotale, Résurrection…

L’ancien professeur se veut méthodique, à propos, par exemple, du discours eschatologique, ou encore du sacrifice de Jésus offert en victime pour le Salut du monde : « Dieu lui-même se situe comme lieu de réconciliation et, dans son Fils, prend la souffrance sur lui. Dieu lui-même introduit dans le monde sa pureté infinie comme un don. Dieu lui-même “boit le calice” de tout ce qui est terrible. »

On ne s’étonnera pas, une fois encore, que la pensée profonde et puissante de Benoît XVI donne matière à approfondissement. Clair, argumenté, le propos de Benoît XVI pourra susciter le débat. Ce à quoi le théologien ne rechigne pas. Nul doute que sa voix porte.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières