Le Christ, lumière du monde

agrandir Méditer sur le Christ, lumière du monde
Méditer sur le Christ, lumière du monde © Stéphane Compoint
Méditer sur le Christ, lumière du monde
Méditer sur le Christ, lumière du monde © Stéphane Compoint

La splendeur des verrières de la cathédrale nous invite à découvrir la lumière qui demeure depuis toujours en nous.

Cette méditation sur le Christ, lumière du monde, est proposée par une des sœoeurs des Fraternités monastiques de Jérusalem, de l’'église Saint-Gervais-Saint-Protais.

Voici qu’'un jour nouveau s’'est levé, à cette nouvelle étape de notre pèlerinage de la foi avec Notre-Dame de Paris, dans sa cathédrale, ce quatrième jour où Dieu créa le soleil (Gn 1, 16 sq) qui, illuminant les grandes verrières, nous a donné de nous émerveiller de leur étincelante beauté.

Cette beauté a dissipé nos préoccupations pour nous permettre d’'accueillir, à travers la splendeur de ces chefs-d’œ'oeuvre, « la Lumière véritable qui éclaire tout homme et que les ténèbres ne peuvent arrêter » (Jn 1, 1-13).

« Je suis la lumière du monde », nous affirme Jésus aujourd'’hui, à nous dont les coeœurs se sentent peut-être encore envahis d’obscurité, de doute, de confusion et « dont les pas ne savent pas bien où ils vont » (Jn 12, 35).

Mais notre capacité à nous émerveiller devant la splendeur des verrières de la cathédrale nous révèle que notre être le plus profond est habité par une lumière qui demeure depuis toujours en nous, et qu’elle a un visage. Le Christ Jésus, « splendeur de la gloire du Père » (He 1, 3) qui s’'est fait homme parmi nous et pour nous, vient aujourd'’hui à notre rencontre.

Comme à l'’aveugle de l’'Évangile, il vient nous demander : « Crois-tu au Fils de l’'homme ? » Et si, dans notre désir ardent d’'accueillir sa présence, nous lui répondons aussi : « Et qui est-il, Seigneur, pour que je croie en lui ? », son visage se révèle à nous : « Tu le vois, celui qui te parle, c'’est lui ».

La lumière de son regard vient illuminer les yeux de notre cœoeur en les purifiant. Elle nous découvre la vérité d’un amour personnel, dont notre pèlerinage nous fait peut-être brûler de soif en même temps qu’il nous permet de nous en laisser combler.

Alors, tout change à l’intérieur de nous. Tout ce qui fait notre quotidien se trouve comme rempli de la lumière du Christ grâce à notre relation nouvelle avec lui. Nous ne pouvons plus vivre sans lui. Nos pas sont désormais établis dans les siens et les ténèbres qui nous habitent toujours –car telle est notre condition humaine – perdent leur consistance.

La seule chose qui compte, c'’est de répondre à sa sollicitude par l’'adhésion de notre foi : « Je crois, Seigneur » (Jn 9, 35-38), de recevoir, à chaque instant de nos jours, son salut qui nous donne la vraie vie afin que notre route à sa suite, balisée par la joyeuse lumière de son amour, fasse de nous des « fils du jour, fils de la lumière » (1Th 5, 5) pour tous nos frères en humanité.

Questions pour orienter la méditation :

—Ma relation avec Jésus-Christ est pour ma vie source de lumière et de salut. Si son salut me libère de ce qui m’oppose à son amour, qu’'est-ce qui m’'empêche encore, dans mon quotidien, de lui ouvrir pleinement mon coeœur ? Qu’est-ce que ma conscience me demande de lâcher ou de réorienter ?

—Jésus, lumière du monde, dit à ses disciples : « Vous êtes la lumière du monde » (Mt 5, 14). Ma foi en lui me fait en quelque sorte devenir ce qu'’il est lui-même. Il m'’invite à agir en son nom. A quoi cette réalité m’engage-t-elle sur mes différents lieux de vie ?

—Dans sa première lettre, saint Jean nous affirme que « celui qui aime son frère demeure dans la lumière » (1 Jn 2, 10). De mon amour pour mes semblables, les membres de ma famille, mes amis, ceux que je côtoie, dépend donc la clarté et la profondeur de ma relation avec le Christ. Comment me laisser habiter par sa lumière pour qu’aimer en acte et en vérité me devienne possible avec sa grâce ?

—Comment ce cri du poète Jean Illel adressé à ses frères chrétiens résonne-t-il en moi ? Comment puis-je lui répondre, moi que Jésus le Christ a illuminé pour que sa lumière brille dans le cœoeur de tous les hommes ?

« Je n’ai jamais été aussi près de vous, frères chrétiens, et la parole du Sauveur n’a jamais été aussi vivifiante en mon âme.

Je suis juif.

Si mon peuple est le fidèle, inébranlable, indestructible témoin de la parole de Dieu, vous êtes le rêve et l’'espérance.

N'’êtes-vous pas les enfants de l’'Amour ?

N'’êtes-vous pas sauvés pour vivre, enseigner, accomplir l’'Amour ?

Le monde désespère.

Pourquoi vos silences, vos hésitations ?

De qui, de quoi avez-vous peur, vous qui connaissez la Lumière ?

Vous le savez, là où la justice et la charité restent impuissantes, seul l’'Amour triomphe.

Emplissez vos églises, vos temples, avec ceux qui vous aiment, vous éclairent et vous guident.

Que sur toute la terre, la prière fervente de vos âmes s’'élève pour éveiller les consciences, guider les actions.

Consacrez le temps à la parole de l’'Amour et qu’'enfin le monde se libère de la peur, de la violence et de la haine.

Invitez-moi au partage de l’'Amour. »

Déposez vos intentions de prières sur notre forum pour que les moines et moniales de Jérusalem, de l'église Saint-Gervais Saint-Protais, les portent dans leur prière à l'office du milieu du jour (12 h 30).

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 avril 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières