Pédaler, c’est gagner !

agrandir Emmanuel Jantzem est payé lorsqu’il utilise son vélo pour aller au travail.
Emmanuel Jantzem est payé lorsqu’il utilise son vélo pour aller au travail. © Gisselbrecht / Andia
Emmanuel Jantzem est payé lorsqu’il utilise son vélo pour aller au travail.
Emmanuel Jantzem est payé lorsqu’il utilise son vélo pour aller au travail. © Gisselbrecht / Andia

Du 10 au 19 février 2015, le Sénat examine le projet de loi sur la transition énergétique, censé diminuer notre dépendance au pétrole et au nucléaire. Parmi les mesures proposées figure l’indemnité kilométrique vélo, expérimentée depuis peu en France.

Pèlerins de la Terre

À propos de l'article

  • Créé le 03/02/2015
  • Publié par :Véronique Badets
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    6897, du 5 février 2015

domicile-travail à vélo : 25 centimes net par kilomètre parcouru.

Quand le temps n’est pas trop pluvieux ou trop froid, Emmanuel embarque sa petite reine à bord du TER qu’il prend près de chez lui, à Ars-en-Moselle.

Parvenu à Metz, il pédale sur les six derniers kilomètres, plutôt que de prendre le bus.

J’apprécie de m’aérer avant une journée de bureau


→ explique ce salarié d’Air Lorraine, une structure dédiée à l’analyse de la qualité de l’air. S’il fait trois trajets par semaine, il touche environ 30 euros net par mois de plus sur sa feuille de salaire.

Vidéo. Etre payé pour venir au travail en vélo. Source : Le Monde.

 
Etre payé pour venir au travail en vélo par lemondefr

« Je ne le fais pas pour l’argent, mais c’est quand même motivant », reconnaît Emmanuel, qui se dit surtout poussé par l’effet positif du vélo sur sa santé et celle de la planète.

Rendre obligatoire l’indemnisation kilométrique vélo

Ce moyen de transport, il l’utilisait peu mais il l’a redécouvert grâce à la mise en place expérimentale, dans quinze entreprises françaises, de cette « indemnité kilométrique vélo ».

Une mesure qui existe déjà depuis vingt ans en Belgique et aux Pays-Bas. Le but de l’expérimentation française était d’évaluer si une incitation financière permettait d’accroître vraiment la « part modale » du vélo, c’est-à-dire la proportion de déplacements qui se fait en deux-roues plutôt qu’avec la voiture ou les transports en commun.

Rendues mi-janvier, les conclusions ont été claires : oui ! « Donner de l’argent est une politique efficace pour produire des cyclistes, résume Pierre Toulouse, de la Coordination interministérielle pour le développement de l’usage du vélo, qui a piloté l’étude avec l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

Document. Téléchargez l’étude de l’Ademe « Evaluation de la mise en œuvre expérimentale de l’indemnité kilométrique pour les vélos », de janvier 2015. 13 pages. Format PDF.

Le nombre d’usagers du vélo pour aller au travail a doublé lors de cette expérimentation. »

Faut-il la généraliser ? C’est ce que propose l’article 13 bis de la loi sur la transition énergétique, qui sera débattue par les sénateurs du 10 au 19 février. Il vise à rendre obligatoire l’indemnisation kilométrique vélo. Considérée comme une partie de salaire, elle devrait être exonérée de cotisations sociales.

Un test en faveur de la transition énergétique

Le vote de cette mesure est très attendu par le directeur d’Air Lorraine, Jean-Pierre Schmidt. « Ce qui m’a intéressé dans l’indemnité vélo, c’est qu’elle incite les salariés à faire de l’exercice physique. Et ce qui est bénéfique pour leur santé l’est aussi pour l’entreprise, souligne-t-il. Mais l’État doit prendre sa part et ne pas nous demander, en plus de l’indemnité, de payer des charges dessus ».

Même si elle semble symbolique, cette mesure serait un test de la capacité de la France à faire sa transition énergétique.

« Aujourd’hui, les salariés bénéficient d’aides financières pour s’abonner aux transports en commun, et pour utiliser leur voiture, à travers un barème fiscal très avantageux, explique Pierre Toulouse. Il serait paradoxal que le vélo, qui a des vertus démontrées sur la santé et l’environnement, reste le seul mode de transport qui ne soit pas encouragé ».

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières