Jean-Baptiste de Foucauld : "La sobriété peut remédier à notre boulimie de croissance"

agrandir Jean-Baptiste de Foucauld, président de Solidarités nouvelles face au chômage,
Jean-Baptiste de Foucauld, président de Solidarités nouvelles face au chômage, © KTO TV
Jean-Baptiste de Foucauld, président de Solidarités nouvelles face au chômage,
Jean-Baptiste de Foucauld, président de Solidarités nouvelles face au chômage, © KTO TV

Face à ces défis écologiques, les uns parient sur la croissance et la consommation. Les autres, comme le chrétien engagé Jean-Baptiste de Foucauld, président de Solidarités nouvelles face au chômage, en appellent à la sobriété, au nom du respect de l'environnement et de l'avenir de l'humanité.

Pèlerins de la Terre

À propos de l'article

  • Créé le 12/11/2015
  • Modifié le 12/11/2015 à 17:15
  • Publié par :Benoît Fidelin
  • Édité par :Benoît Fidelin

Nous voici arrivés à un tournant où la croissance ne suffit plus à financer notre protection sociale. Les dépenses de santé, le financement des retraites et des solidarités envers les chômeurs et les plus démunis, augmentent mécaniquement. Pour les couvrir, nous ne pouvons plus compter sur une production en hausse perpétuelle, en raison de deux fortes contraintes qui pèsent désormais sur nos sociétés. Il s’agit en premier lieu de la mondialisation, marquée par la concurrence de nouveaux pays qui, comme la Chine et l’'Inde, veulent leur part de richesses et de progrès. Vient ensuite la nécessité, impérieuse, de freiner notre boulimie d’énergies et de ressources naturelles, moins abondantes et de plus en plus coûteuses.

Vidéo. Jean-Baptiste de Foucauld, « Lutte contre le chômage et préservation de l'environnement ? ». Source : Carac Epargne.

 

Que faire ? Aller vers la frugalité. Cela passe pour chacun, s'’il en a les moyens, par un usage différent de ses revenus en y prélevant, au détriment de la consommation et de l’'épargne, une part plus importante de dons aux associations solidaires. Il est aussi possible de faire un autre usage de son temps, en soustrayant à sa vie professionnelle, ses plages de repos ou de développement personnel, davantage d’espace pour l’engagement social.

Là où il y a de la richesse matérielle, il y a un risque d’'excès qu'’il faut compenser par de la sobriété et de la redistribution

J’'ai moi-même expérimenté ce choix, en prenant des congés sabbatiques et en travaillant à mi-temps durant trois ans, afin de créer l’'association Solidarités nouvelles face au chômage, qui vient en aide aux demandeurs d’emploi. Là où règnent les pauvretés (matérielles, relationnelles, spirituelles), il faut mettre de l’'abondance. Là où il y a de la richesse matérielle, il y a un risque d’'excès qu'’il faut compenser par de la sobriété et de la redistribution.

L'essentiel, pour un chrétien, est de l’'ordre du don

Nous n'’échapperons pas à cette nouvelle sagesse économique, marquée par la fin de la course aveugle et inconsidérée à la consommation et à l’'argent. Il ne s’agit pas de se priver, mais de hiérarchiser ses désirs pour aller à l’'essentiel qui, pour un chrétien, est de l’'ordre du don. 

► A lire : L’'abondance frugale, de Jean-Baptiste de Foucauld (Éd. Odile Jacob ; 288 p. ; 23 €)
Lire la recension du centre jésuite du CERAS sur ce livre "vigoureux" aux "idées novatrices".
Paroisses vertes : un guide pratique à l'attention des communautés chrétiennes, qui explique en détail comment convertir les paroisses aux économies d'énergie et au respect de l'environnement.  Éd. Labor et Fides, 143 p. ; 19 €.
Les cahiers de Saint-Lambert : une revue pour faire face de manière positive à la crise écologique.


"Abondance ou sobriété ? Les chrétiens ont choisis !" Un dossier de 6 pages à lire dans Pèlerin n°6708, paru le jeudi 23 juin 2011.

Trouvez Pèlerin chez le marchand de journaux le plus proche de chez vous (entrez "Pèlerin" puis votre adresse postale).

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières