Christine Krystof, journaliste : "Sur le mont Alverne, j’ai mieux compris le sens du mot ‘Création’"

agrandir Christine Krystof, journaliste spécialisée dans l'environnement.
Christine Krystof, journaliste.spécialisée dans l'environnement. © France Keyse / M.Y.O.P
Christine Krystof, journaliste spécialisée dans l'environnement.
Christine Krystof, journaliste.spécialisée dans l'environnement. © France Keyse / M.Y.O.P

Pendant des années, Christine Krystof a  accompagné des groupes en voyage. Dans certains coins reculés de l'Islande ou des grandes forêts tropicales, elle a découvert ainsi de vraies "zones d'amour" sur la terre. Mais elle a pris aussi conscience des dégradations en cours, un peu partout.

Pèlerins de la Terre

À propos de l'article

  • Créé le 30/09/2013
  • Publié par :Dominique Lang
  • Édité par :Geoffrey Defebvre
  • Publié dans Pèlerin
    6827, du 3 octobre 2013

« En devenant journaliste, j'ai trouvé un moyen de me rendre utile, en travaillant sur les défis écologiques actuels. J'ai eu la chance de bien connaître Théodore Monod (scientifique, naturaliste et explorateur, NDLR). Nous étions tous deux végétariens et nous partagions beaucoup. Il fut pour moi comme un maître. Pour lui aussi, saint François était un ami

Vidéo. François et la création. Source : KTOTV.

 

Il y a dix ans, pour le pèlerinage que je fais chaque année pour mon anniversaire, je décidai de retourner à Assise. Parcourant les lieux où François à vécu, j'ai pu déposer auprès de lui mes questions. Dans la prière, j'ai reçu là des éclairages très forts pour ma vie. Sur le mont Alverne, je me souviens aussi d'avoir mieux compris le sens profond du mot "Création", étant éblouie intérieurement par l'expérience de la voûte étoilée.

Un peu plus tard, j'ai aussi vu, dans un refuge pour animaux abandonnés de la région, la "poubelle d'Assise". Quel choc pour moi de découvrir qu'ici aussi, dans cette région d'Assise, on peut retrouver les comportements dégradants des humains envers le monde animal. François a toujours été sur mon chemin, souvent malgré moi.

Parcourant les lieux où François à vécu, j'ai pu déposer auprès de lui mes questions. Dans la prière, j'ai reçu là des éclairages très forts pour ma vie.

C'est grâce à lui que j'ai découvert une petite communauté monastique du Morbihan qui vit dans un grand esprit de pauvreté et d'humilité, selon l'esprit même du "Poverello". Une communauté particulièrement attentive au respect de l'environnement. Avec elle, j'organise chaque année, pour le 4 octobre, une rencontre d'écologie éclairée par la foi chrétienne, dont le thème sera cette année : "Les grands cycles cosmiques et liturgiques. " Une bonne occasion pour se remettre à l'écoute des rythmes de notre terre. »

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières