Au Burkina Faso, ils font reverdir le Sahel

Face aux bouleversements climatiques, des paysans du Burkina Faso se mobilisent pour contrer l’avancée du désert, rendre leurs terres plus fertiles et mieux nourrir les populations. Leurs armes : de nouvelles pratiques agricoles, à la fois intensives et écologiques. Un exemple à méditer à l’approche de la COP21, le sommet sur le climat qui se tient du 30 novembre au 11 décembre 2015.

Pèlerins de la Terre

À propos de l'article

  • Créé le 19/10/2015
  • Modifié le 02/12/2015 à 14:49
  • Publié par :Guillaume Jan avec le soutien de Brouillon d’un rêve de la Scam
  • Édité par :Aude Loyer-Hascoët
  • Publié dans Pèlerin
    6934, 22 octobre 2015

Un climat plus chaud et plus sec mais avec davantage d’inondations : le bouleversement climatique est bien visible en Afrique de l’Ouest. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), le réchauffement serait même plus important sur le continent africain que dans le reste du monde.

Les températures y ont évolué plus rapidement, avec des augmentations allant de 0,2 °C à 0,8 °C par décennie depuis la fin des années 1970 – notamment au Sahel, au sud du Sahara.

Le désert avance

Au Burkina Faso, la savane arborée, qui couvrait le nord du pays et barrait la route au désert, se transforme en plaine aride avec quelques arbres épars. Sans couvert forestier, la terre nue reflète davantage de chaleur et ne retient plus l’humidité.

Les pluies, plus rares mais plus violentes, lessivent le sol en charriant le peu d’humus qui subsiste et ne s’infiltrent plus jusqu’aux nappes phréatiques. En une génération, le désert a gagné du terrain, engendrant famine et exode rural.

Les paysans se mobilisent

Le principal responsable de ce bouleversement écologique terrifiant  ? « C’est l’homme, avec notamment ses activités pastorales et agricoles », estime Benoît Ouedraogo, ancien secrétaire général du ministère de la question paysanne et responsable de projets de développement au Burkina Faso.

Plusieurs facteurs doivent être pris en compte : l’accroissement démographique couplé avec l’extension des terres agricoles, les coupes d’arbres liées à l’utilisation quotidienne du bois pour la cuisson, ou encore l’augmentation massive de l’élevage.

Mais cette grave atteinte à l’environnement n’est pas inéluctable. De  plus en plus d’agriculteurs arrivent à reconstituer le milieu naturel et à restaurer le climat en appliquant les préceptes de l’agroécologie. Ils apportent une note d’espoir dans cette région gravement menacée par le réchauffement climatique.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières