Les chrétiens se mobilisent pour la justice climatique

agrandir Thabo Makgoba, archevêque anglican du Cap (Afrique du Sud) et Christiana Fugueres, chargée à l’ONU de la lutte contre les changements climatiques.
Thabo Makgoba, archevêque anglican du Cap (Afrique du Sud) et Christiana Fugueres, chargée à l’ONU de la lutte contre les changements climatiques. © Michael Bunel / CIRIC
Thabo Makgoba, archevêque anglican du Cap (Afrique du Sud) et Christiana Fugueres, chargée à l’ONU de la lutte contre les changements climatiques.
Thabo Makgoba, archevêque anglican du Cap (Afrique du Sud) et Christiana Fugueres, chargée à l’ONU de la lutte contre les changements climatiques. © Michael Bunel / CIRIC

Ce jeudi 3 décembre 2015, à Notre-Dame de Paris, les différentes confessions chrétiennes prient ensemble afin que la COP21 débouche sur un accord juste et ambitieux pour le climat.

Pèlerins de la Terre

À propos de l'article

  • Créé le 01/12/2015
  • Publié par :Véronique Badets
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    6940, du 3 décembre 2015

C’est dans les larmes que Christiana Figueres, responsable à l’ONU de la lutte contre les changements cli­matiques, a accueilli cet événement inédit.

Samedi 28 novembre, à quelques mètres de la basilique Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l’archevêque anglican du Cap (Afrique du Sud) lui a remis la plus grande pétition jamais lancée par des croyants : 1 780 000 million de signatures, dont 800 000 issues de catholiques, pour réclamer que la COP21 accouche d’un accord visant la « justice climatique ».

« Avec le dérèglement du climat, les pays les plus pauvres subis­sent les conséquences de l’avidité des plus riches, qui émettent beaucoup plus de gaz à effet de serre qu’eux », explique Heather Williams, catholique anglaise assistant à la cérémonie.« J’ai marché depuis Londres pour que les leaders de la COP21 prennent des décisions fortes contre cette injustice.  »

250 pèlerins ont ainsi convergé comme elle depuis l’Allemagne, l’Afrique, les Philippines et l’Angleterre vers la conférence climat de Paris. Outre le pèlerinage et la signature de pétitions, les chrétiens veu­lent peser sur l’issue de la COP21 en étant présents au cœur des négociations.

L’ONU reconnaît en effet aux Églises (et aux ONG qui leur sont liées) le statut « d’observateurs de la société civile ». Elles sont ainsi accréditées pour pénétrer dans la « zone bleue  » du Bourget où se déroulent les pourparlers.

« Cela nous permet de rencontrer les négociateurs pour leur soumettre nos demandes », explique Martin Kopp, chargé du plaidoyer pour la justice climatique à la Fédération luthérienne mondiale. 

Protestants et orthodoxes coordonnent leur action au sein du réseau ACT Alliance.  Côté catholique, une délégation du Saint-Siège est également présente à la COP21. Sa participation sera particulièrement suivie en cette année marquée par l’encyclique Laudato si’.

« Ce texte a beaucoup renforcé l’influence de l’Église catholique dans les négociations climatiques, perçue désormais comme une force de proposition, explique Maureen Jorand, du CCFD-Terre solidaire.

Beaucoup de négociateurs l’ont lu. Des États, surtout au Sud, y font allusion pour soutenir leur position.  » Cette autorité morale du pape François facilite le travail des ONG qui prennent part aux négociations climat.

Le Secours catholique et le CCFD-Terre solidaire sont ainsi présents au Bourget pour défendre des priorités relayées par le pape : la sécurité alimentaire, les droits humains, et un financement massif des pays développés pour aider ceux du Sud à affronter les dégâts causés par le réchauffement planétaire.

Durant toute la COP21, les deux réseaux catholiques lancent aussi des campagnes qui mettent en avant les « vraies solutions  », comme l’agro-écologie et l’agriculture familiale.

Des modèles qui ont l’avantage de ne pas aggraver le changement climatique tout en permettant de mieux faire face à ses effets. Mais ils heurtent de plein fouet les intérêts économiques de l’agro-industrie, dont le lobbying est puissant dans les négociations sur le climat.

« Ce serait triste et, j’ose le dire, catastrophique, que les intérêts particuliers l’emportent sur le bien commun et conduisent à manipuler l’information pour protéger leurs projets  », a ainsi souligné le pape François jeudi 26 novembre à Nairobi (Kenya), évoquant la conférence de Paris.

Le 3 décembre, la prière des chrétiens de toutes confessions à Notre-Dame ne sera pas de trop pour soutenir le bien commun dans la rude bataille de la COP21.



Pour suivre les chrétiens dans la COP21

►  Agenda : cop21religions.org

►  Blog Eglises & Ecologies : retrouvez le regard de notre journaliste Dominique Lang sur www.pelerin.com

►  Actions et solutions : victimesduclimat.com (CCFD-Terre solidaire)  et caritasclimat.fr (Secours catholique)

►  Invitation à la prière : vigilespourlaterre.org




 

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 4 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières