Vaste mobilisation humanitaire pour les réfugiés d’Irak

agrandir 500 familles chrétiennes ont trouvé refuge dans l’église Mart Shmony d’Ankawa, quartier chrétien d’Erbil, au Kurdistan irakien.
500 familles chrétiennes ont trouvé refuge dans l’église Mart Shmony d’Ankawa, quartier chrétien d’Erbil, au Kurdistan irakien. © Vianney LE CAER/SIPA
500 familles chrétiennes ont trouvé refuge dans l’église Mart Shmony d’Ankawa, quartier chrétien d’Erbil, au Kurdistan irakien.
500 familles chrétiennes ont trouvé refuge dans l’église Mart Shmony d’Ankawa, quartier chrétien d’Erbil, au Kurdistan irakien. © Vianney LE CAER/SIPA

Fuyant les islamistes, des centaines de milliers d’Irakiens, essentiellement chrétiens, cherchent refuge dans la province du Kurdistan. L’Église et la communauté internationale organisent l’aide humanitaire.

La vie des chrétiens d'Irak aujourd'hui

À propos de l'article

  • Créé le 20/08/2014
  • Publié par :Agnès Chareton avec Frédéric Niel
  • Édité par :Vincent Mui
  • Publié dans Pèlerin
    6873 du 21 août 2014

Quelle est la situation des réfugiés chrétiens?

Près d’une centaine de milliers de chrétiens irakiens se sont réfugiés à Erbil, capitale du Kurdistan irakien, et dans les environs. Beaucoup viennent de Mossoul, deuxième ville d’Irak, conquise en juin 2014 par les djihadistes de l’État islamique (EI). Ce groupe armé ultraradical les a sommés de choisir entre la conversion à l’islam, la fuite, ou le paiement d’une lourde taxe. D’autres ont fui Karakosh, début août, lorsque les djihadistes se sont emparés de la plus grande ville chrétienne d’Irak.

"Partis à pied, par des températures atteignant 50°C, ils sont arrivés épuisés au Kurdistan irakien, raconte Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient, joint par téléphone le 12 août à Erbil. Les gens dorment dehors. Ils ont besoin d’eau, de nourriture, d’un toit et de médicaments." Encore plus durement touchés, parfois massacrés, des dizaines de milliers de Yézidis, une minorité kurdophone non musulmane, ont également fui les persécutions de l’État islamique.

Vidéo. Le pape se dit prêt à aller en Irak. Source : © BFMTV.



Comment l’aide humanitaire parvient-elle aux déplacés?

En première ligne, les Nations unies fournissent aux réfugiés du Kurdistan eau, nourriture, tentes, médicaments. La France a, quant à elle, envoyé un premier avion-cargo avec 18 tonnes de matériel. L’Europe n’est pas en reste. Le 12 août, la Commission européenne a débloqué 5 millions d’euros. L’Église, elle aussi, mobilise ses réseaux. Très préoccupé, le pape François a demandé au secrétaire général de l’ONU de tout faire pour mettre un terme aux violences.

À Erbil, Mgr Gollnisch est venu évaluer les besoins des réfugiés afin de distribuer au mieux l’aide financière apportée par l’Œuvre d’Orient. L’association cible son action sur les enfants, traumatisés, et assure leur scolarisation. Caritas Irak reçoit un appui financier du Secours catholique, son homologue français, qui s’apprête à envoyer 274 000 €. "Dans l’immédiat, on se limite aux tout premiers secours, explique Sébastien Dechamps, responsable des urgences internationales au Secours catholique. Les équipes de Caritas sont débordées par l’ampleur de la catastrophe." De son côté, l’association Fraternité en Irak a récolté plus de 51 000 € en dix jours pour envoyer des médicaments aux minorités irakiennes.

Comment évolue la situation?

Parallèlement à cette mobilisation humanitaire, les Occidentaux ont accru leur aide militaire aux combattants kurdes, seuls capables de contenir l’offensive des djihadistes dans le nord de l’Irak. Depuis le 7 août, le président américain Barack Obama a autorisé des frappes aériennes sur les positions de l’État islamique pour éviter "un éventuel acte de génocide". Pas question pour autant, pour les Américains, qui se sont retirés d’Irak fin 2011, d’y renvoyer des troupes au sol. La France, elle, a annoncé l’envoi d’armes aux Kurdes, mal équipés face aux blindés de l’EI.

Sur ce sujet, les pays de l’Union européenne sont divisés. En fournissant des armes aux indépendantistes kurdes, certains craignent d’attiser une nouvelle guerre civile en Irak, note Mathieu Guidère, spécialiste du monde arabe et musulman. Autre risque, selon ce professeur de l’université de Toulouse : "Comme la mobilisation internationale se fait en faveur des chrétiens et des Yézidis, ces populations risquent d’être stigmatisées comme étant des suppôts de l’Occident."

Vidéo. Un évêque français témoigne de la situation des chrétiens d'Irak. Source : © AFP.



Il note cependant un "triple tournant" ces derniers jours. Sur le plan militaire, les Kurdes ont dit, le 18 août, avoir repris le barrage de Mossoul, que les islamistes menaçaient de faire sauter pour inonder des villes. Sur le plan politique, le nouveau gouvernement irakien a convaincu plusieurs tribus sunnites, notamment à l’ouest de Bagdad, de rompre leur alliance avec l'EI, ce qui pourrait modifier l’équilibre des forces. Et sur le plan diplomatique, le Conseil de sécurité a adopté, le 15 août, une résolution condamnant les djihadistes qui menacent les populations civiles en Irak et en Syrie. Adoptée au titre du chapitre 7 de la charte des Nations unies, qui autorise le recours à la force pour sa mise en œuvre, cette résolution ouvre la voie, selon Mathieu Guidère, à une montée en puissance de l’aide militaire occidentale.

Comment soutenir les chrétiens d’Irak?

Donner: Œuvre d’Orient: www.oeuvre-orient.fr ou 20, rue du Regard 75006 Paris. Secours catholique : www.secours-catholique.org ou Secours catholique BP 455, 75327 Paris Cedex 07. Aide à l’Église en détresse : www.aed-france.org ou AED France, Service donateurs, 29 rue du Louvre, 78750 Mareil-Marly. Fraternité en Irak : fraternite-en-irak.org ou chez M. Bommier, 8 rue Lafayette, 75009 Paris.

Prier: Comme le cardinal Barbarin, ceux qui le souhaitent peuvent réciter le Notre-Père en araméen, disponible sur le site de l’Œuvre d’Orient.

S’engager: En soutien aux chrétiens d’Irak, de nombreux internautes ont affiché la lettre arabe "noun", pour "nazaréen" sur les réseaux sociaux ou en portant un T-shirt, en vente sur le site de l’Aide à l’Église en détresse.

Signer: La pétition lancée par le site Web d’information catholique Aleteia a déjà recueilli plus de 250 000 signatures. Le but: attirer l’attention de l’ONU et de la Ligue arabe sur la situation des chrétiens irakiens. Pour signer: www.aleteia.org

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 avril 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières