Le regard des Français sur les catholiques : dis-moi pour qui tu votes...

agrandir Plus on est de droite, plus on a le sentiment qu'il est difficile de vivre sa foi.
Plus on est de droite, plus on a le sentiment qu'il est difficile de vivre sa foi. © Lightpoet / Fotolia.com
Plus on est de droite, plus on a le sentiment qu'il est difficile de vivre sa foi.
Plus on est de droite, plus on a le sentiment qu'il est difficile de vivre sa foi. © Lightpoet / Fotolia.com

Le vote a une influence sur la manière dont les Français voient les catholiques, leur identité, leurs valeurs ainsi que leur place dans la société. C’est ce qui ressort notamment d’un sondage Ifop pour Pèlerin. Petite sociologie politique de la perception des catholiques.

On ne porte pas le même regard sur les catholiques selon que l'on vote UMP, PS, UDI ou FN ! C'est l'un des grands enseingnements de notre sondage exclusif Pèlerin/Ifop.
Parmi tous les critères définissant l'identité des personnes sondées (le sexe, l'âge, le lieu de vie, le vote), c'est en effet le vote qui est la variable la plus significative.

En fonction de leur appartenance politique, les Français jugent également de manière spécifique la place que les catholiques occupent, ou qu'ils devraient occuper, dans les débats de société. Ainsi que les valeurs chrétiennes à mettre en avant, en priorité.



Pour 68 % des sympathisants Modem, être catholique, c'est croire en la résurrection du Christ. Au FN, il est davantage important de faire baptiser ses enfants.

Ce sondage est formel : le vote a une influence forte sur la perception des catholiques, de leur identité, leur visibilité dans la société ou des domaines dans lesquels leurs valeurs peuvent jouer un rôle positif.

Des attentes fortes envers la première religion de France émergent au FN : que les catholiques fassent davantage parler d'eux, qu’ils engagent leurs valeurs dans les domaines de la famille et de l'éducation.

Cependant, la vision que les sympathisants FN ont des catholiques - de leur identité ainsi que de leurs valeurs - n'est pas toujours cohérente avec la perception qu'ont les catholiques pratiquants de leur religion.

 

Infographie.

 

Quel que soit le parti, être catholique c'est avant tout être baptisé sauf pour... les sympathisants écologistes, qui accordent beaucoup d'importance à la prière personnelle.

Outre l'importance qu'ils accordent au baptême, les sympathisants Modem répondent à 68% : « Croire en la résurrection du Christ. » C’est 10 points de plus que les électeurs de gauche et près de 20 points de plus que ceux de droite.

Les électeurs FN sont ceux qui accordent le moins d’importance à la résurrection du Christ (47%) et à la prière régulière. Pour eux, il est très important, lorsque l’on est catholique, de se marier à l’église (45%) et de faire baptiser ses enfants (49%).

Cette attention aux rites, rejoint les priorités des catégories socioprofessionnelles intermédiaires, notamment celles des artisans, commerçants et ouvriers, ainsi que celles des catholiques non pratiquants.

A l'inverse, pour 71 % des catholiques pratiquants, être catholique c'est croire en la résurrection. Seuls 30 % de ces derniers définissent leur religion par le fait de faire baptiser leurs enfants.

Infographie.

 

Plus on est de droite, plus on demande aux catholiques d'être visibles dans la société française.

Les électeurs Front de gauche sont ceux qui souhaitent le plus cantonner la religion à la sphère privée : 25% d'entre eux pensent que les catholiques sont trop visibles.

66 % des sympathisants de gauche et 46% des sympathisants de droite considèrent que les catholiques sont suffisamment visibles. C'est au FN qu'on souhaite qu'ils fassent le plus parler d'eux (52% d'entre eux le demande).

Ces derniers rejoignent une part minoritaire mais croissante des français : en 2010, 29 % de la population demandait que les catholiques soient plus visibles. Ils sont 35 % aujourd'hui.

Et cette hausse ne semble pas due aux catholiques pratiquants : la part de ces derniers revendiquant une plus forte visibilité est restée stable sur la période (autour de 67%).

Infographie.

 

Plus on est de droite, plus on considère que les valeurs chrétiennes ont un rôle positif à jouer dans les domaines de la famille et de l'éducation.

70 % de ceux qui ont voté Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle en 2012 font de ces thèmes une priorité.

C'est plus que les catholiques pratiquants (58 %) qui accordent plus d'importance que les sympathisants frontistes à la solidarité envers les plus pauvres (43% pour les catholiques pratiquants contre 33 % pour les sympathisants FN.)

Infographie. Question posée uniquement aux catholiques.

 

Plus on est de droite, plus on a le sentiment qu'il est difficile de vivre sa foi. Seuls 18 % des catholiques de gauche trouvent qu'il difficile de vivre sa foi, contre 32 % des catholiques de droite.

Les catholiques sympathisants FN sont ceux qui soulignent le plus cette difficulté (41 %). C'est largement au-dessus de la moyenne des catholiques français. Seuls 27 % d'entre eux pensent qu'il est difficile de vivre sa foi.

Pourtant, cette tendance rejoint le sentiment des catholiques pratiquants : 39 % d'entre eux considèrent qu'il est aujourd'hui difficile de vivre sa foi.

Mikael Corre



Les 4 points à retenir de ce sondage :

► Les sympathisants FN accordent plus d'importance aux rites (baptême, mariage, funérailles), les sympathisants Modem au dogme (Résurrection du Christ) et les sympathisants Europe écologie / Les Verts, à la prière personnelle.

► Plus on est à droite, plus on demande aux catholiques d'être visibles dans la société française.

► Plus on est à droite, plus on considère que les valeurs chrétiennes ont un rôle positif à jouer dans les domaines de la famille et de l'éducation, au détriment de la solidarité envers les plus pauvres.

► Plus on est à droite, plus on a le sentiment qu'il est difficile d'être catholique aujourd'hui.



 Le saviez-vous ?

L’Ifop a réalisé pour Pèlerin un sondage intitulé « Qui sont les catholiques aujourd’hui ? »,  réalisé entre le 27 février et le 9 mars 2015 sur un échantillon de 2 450 personnes, représentatifs de la population française de 18 ans et plus.

 Et aussi

Retrouvez l’intégralité de ce sondage dans notre n° 9605, du 2 avril dans notre dossier spécial Pâques : 26 pages consacrées à Qui sont les catholiques en France aujourd’hui.

Vos commentaires

2 Commentaires Réagir

Vers catholicisme allons-nous

Végétaliseur 27/03/2015 à 14:01

Attention au replis identitaire catholique ! Pour moi la religion catholique relie à Dieu et relie les hommes entre eux. Le FN et l'UMP considèrent qu'être catholique c'est d'abord être baptisé, un peu "croire que Christ est ressuscité" et ... lire la suite

Suis-je le seul à être surpris ?

RPaulson 26/03/2015 à 18:06

25% des votant LO/NPA trouvent les catholiques "trop visibles"... FdG 18%, EELV 18%, PS 12% On poserait la même question pour d'autres religion ça ferait hurler et on se demanderait sérieusement comment on peut accepter un tel niveau ... lire la suite

Paru le 23 novembre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières