Couples : Aimons, communiquons !

agrandir Selon une étude de l'Ined, le divorce des quinquagénaires à augmenté de près de 50 % au cours de cette dernière décennie.
Selon une étude de l'Ined, le divorce des quinquagénaires à augmenté de près de 50 % au cours de cette dernière décennie. © Madeleine Martin
Selon une étude de l'Ined, le divorce des quinquagénaires à augmenté de près de 50 % au cours de cette dernière décennie.
Selon une étude de l'Ined, le divorce des quinquagénaires à augmenté de près de 50 % au cours de cette dernière décennie. © Madeleine Martin

Des initiatives pour redonner à la Saint-Valentin, fête des amoureux, sa signification, et l’occasion d’un élan pour relancer l’aventure du couple.

À propos de l'article

  • Créé le 10/02/2016
  • Publié par :Guillemette de la Borie
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6050 du 11 février 2016

Ce qui est rare est cher… La tendance générale dans notre société est connue : le nombre de mariages diminue depuis les années 1970, et la proportion de couples qui se séparent augmente au fil des générations. Les unions deviennent plus fragiles, la durée des couples se raccourcit tandis que l’espérance de vie s’allonge.

Et, fait plus nouveau encore, ce qu’on appelle le “divorce gris” augmente : de près de 50 % chez les quinquagénaires, de plus de 30 % chez les sexagénaires (28 % chez les femmes et 39 % chez les hommes) au cours de cette dernière décennie (Source : Ined). Alors même que l’idée du couple durable reste en tête des valeurs des Français (enquêtes régulières Arval).

Au chevet de ce trésor en péril qu’est le couple au long cours, beaucoup de bonnes fées se penchent donc, pour l’ausculter, en prendre soin, le réparer… À l’intention des couples qui vont bien et voudraient continuer, de ceux qui traversent des crises inévitables ou se sentent emportés par des vents mauvais – déséquilibres de vies ou infidélités –, les propositions se multiplient.

Selon des approches et des sensibilités diverses où chacun devrait trouver son compte : thérapeutes familiaux, conseillers conjugaux, animateurs de sessions de couples, médiateurs et autres auteurs qui tentent de transmettre “les secrets des couples qui durent” (des milliers d’occurrences sur Internet). Avec un credo quasiment général : quand on décide de s’aimer, il faut consacrer du temps à son couple, parler, dialoguer, échanger.

Des divorces trop rapides

Sylvie Angel, psychiatre spécialisée en thérapies familiales et fondatrice du centre Pluralis à Paris (« Pour une prise en charge globale de la personne »), soutient dans son dernier livre que beaucoup de couples 
divorcent trop vite, et que des ruptures pourraient être évitées grâce à un meilleur accompagnement (et à des avocats mieux formés…).

À l’école, on n’apprend pas les bases de la vie de couple. Il manque parfois juste du bon sens, du recul, de la communication.

Sylvie Angel divise le temps du couple en phases, chacune porteuse de crises.

Derrière les moments heureux, il y a toujours des choses plus compliquées : « Le mariage, par exemple, est aussi la rencontre de deux familles, de subtiles querelles de préséance ou de leadership, où l’on ne comprend pas toujours pourquoi l’on se dispute. Le temps de la naissance des enfants, aussi riche de bonheur soit-il, est une période d’extrême fatigue, où des motifs anodins peuvent tourner à la rupture.

Plus tard, l’envol des mêmes enfants, et avec eux des contraintes, oblige à retrouver des centres d’intérêt communs. 


La retraite est souvent mal préparée, alors qu’on la prend en France plus tôt que dans d’autres pays, et que l’espérance de vie s’allonge. Toutes ces périodes de changement de vie devraient être l’occasion de réfléchir ensemble. »

Il faut communiquer sur 
la communication : la capacité de s’arrêter, de penser les choses qu’hommes et femmes ne voient pas de la même manière. Les espaces fermés (c’est-à-dire sans téléphone ni écrans ni enfants) où l’on peut aller calmement au fond des choses sont rares !

⟶ selon la psychiatre.

On aura recours au cabinet du thérapeute, lorsque les couples n’y arrivent pas autrement.

Mais Sylvie Angel recense aussi, heureusement, d’autres formes de communication : « Partager des plaisirs communs, une séance de cinéma dont on peut discuter ensuite, une lecture qui nous stimule, la conversation avec des amis vivant autrement permettent de construire ou retrouver une intimité conjugale heureuse. »

La communication, c’est aussi la proposition du mouvement chrétien Alpha Couple, qui offre clés en main les moyens de se retrouver à deux.

▶ Vidéo. Parcours Alpha Couple : tout savoir en 1'30 ! . Source : Parcours Alpha



Et encore celle de la méthode Imago.

« Le drame contemporain, c’est la fuite des couples devant toute irritation et toute crise. Dès que cesse l’agrément d’être ensemble, beaucoup prennent leurs jambes à leur cou, ignorant que le plus beau de l’aventure va tout juste commencer. La méthode Imago accompagne la traversée des zones de turbulences et, en permettant le renversement des perspectives, ouvre l’espace des authentiques rencontres. »

⟶ notait l’écrivaine Christiane Singer.

Claude Parisot, praticien Imago, décrit « un atelier d’épanouissement du couple proposant des outils concrets, ludiques et joyeux, pour mieux dialoguer et vivre ensemble ».

Et l’humour, à son habitude, communique autrement une part de vérité : La médiation, pièce de théâtre actuellement à l’affiche, brocardant la volonté actuelle d’imposer à tout prix des mots au chevet des époux en difficulté, traite joyeusement le rôle un peu artificiel et obligé des « tiers thérapeutiques ».

Mais montre aussi finement comment, malgré tout, les paroles font évoluer les attitudes et les actes, jusqu’à renverser 
la situation. Pour le meilleur après le pire !

A lire aussi dans Pèlerin n°6950 : Prendre soin de son couple, un reportage au coeur du parcours Alpha.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières