Comment bien préparer un mariage ?

agrandir Avant de dire oui, pour vivre heureux et longtemps à deux, mieux vaut réfléchir à cet engagement.
Avant de dire oui, pour vivre heureux et longtemps à deux, mieux vaut réfléchir à cet engagement. © Jean Mathieu Gautier / CIRIC
Avant de dire oui, pour vivre heureux et longtemps à deux, mieux vaut réfléchir à cet engagement.
Avant de dire oui, pour vivre heureux et longtemps à deux, mieux vaut réfléchir à cet engagement. © Jean Mathieu Gautier / CIRIC

La saison des salons du mariage bat son plein. Avant de dire oui, pour vivre heureux et longtemps à deux, mieux vaut réfléchir à cet engagement. Voici l'éclairage de deux spécialistes : Christophe Giraud, sociologue et Antoine d'Audiffret, cofondateur de Cap Mariage.

À propos de l'article

  • Créé le 24/09/2013
  • Modifié le 24/09/2013 à 12:00
  • Publié par :Sabine Harreau
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    6728, paru le jeudi 10 novembre 2011

En 2009, 251 478 mariages civils ont été célébrés en France, parmi lesquels 77 664 ont été suivis d'une cérémonie à l'église. Malgré une baisse significative (305 234 mariages à la mairie et 122 580 à l'église, en 2000), le mariage est toujours plébiscité : 65 % des Français déclarent qu'il est l'engagement le plus important pour un couple.

Christophe Giraud, sociologue, maître de conférences à l'université Paris-Descartes, et Antoine d'Audiffret, cofondateur de Cap Mariage et de la fédération Un avenir à deux livrent leur éclairage sur la préparation au mariage.

Christophe Giraud : Quand on s'’installe dans une vie de couple, il est extrêmement important de parler de tout et de s’'assurer que l’'un et l’'autre souhaitent aller dans le même sens. Toutefois, attention à ne pas être trop fermé. Car on ne sait pas si ce que chacun fait aujourd’'hui conviendra demain.

Il ne faut pas oublier qu’'un mariage unit deux individus qui vont évoluer. Ainsi, par exemple, une femme qui a consacré du temps à sa vie familiale peut désirer reprendre le fil de sa carrière quand ses enfants sont grands.

Antoine d’'Audiffret : Parfois, les jeunes s'’installent dans une vie de couple, ignorant les attentes de l’'autre, sans connaître son passé, sa culture.… Il est pourtant indispensable de s'’accorder sur les valeurs fondamentales. Quels projets communs ont-ils ? Quel type de famille désirent-ils ?

Le couple doit se mettre d’'accord avant l’'engagement, qui sera concrétisé, pour un mariage civil, à la mairie. Pour le sacrement du mariage, à l’'église, c’'est différent… C’'est une préparation spirituelle à accomplir ensemble.

Christophe Giraud : Le plus souvent, aujourd'’hui, le couple se connaît bien avant le mariage. Le couple a déjà beaucoup échangé. Mais les décisions doivent être revues au fur et à mesure. Par exemple, on peut imaginer qu'’une jeune femme dise au début de sa vie de couple : « Je m'’occupe du linge. Mais elle peut changer d’'avis.

On peut très vite se sentir seul, si l’'autre ne s'’intéresse pas à ce que l’'on fait. C’est pourquoi il faut parler : comment l'’organisation est-elle vécue, appliquée, est-ce que ça marche toujours ? Les conjoints trouvent eux-mêmes les solutions au quotidien, par petits pas, petites discussions.

Antoine d’'Audiffret : Si l’'un des deux dit : « Je ne ferai jamais de repassage ! », pourquoi pas ? Chaque couple fixe ses propres règles de vie. Au fond, si chacun peut exprimer ses préférences à l’'autre, cela permet de mieux se connaître et de voir s'’il n’y a pas d'’incompatibilité. Car même dans les petites choses, il peut y avoir des réactions rédhibitoires : la façon de se tenir à table, ou si l’'un est toujours en retard.

Soit c’'est le conflit dramatique, soit chacun fait un effort, l'’un pour être plus à l’'heure, l’'autre pour être plus tolérant. Souvent, je conseille à un couple de passer une semaine sur un bateau ou en randonnée, seuls ou avec des amis. Dans les moments de fatigue, de tensions, le couple voit s’'il est toujours en symbiose.

Christophe Giraud : Si l'’on décide d’'établir un contrat de mariage, il faut obligatoirement le faire avant la cérémonie. C’'est le bon moment pour réorganiser sa vie financière et patrimoniale, réfléchir au partage des comptes, protéger son conjoint si l’'on est chef d’'entreprise, s'’intéresser à la transmission de ses biens, en cas de décès ou de séparation.

Antoine d’'Audiffret : Parler d’'argent avant le mariage est fondamental. Il est important de s’'accorder sur la façon de gérer le budget commun. Et être conscient qu'’il peut y avoir obligation de soutenir financièrement ses beaux-parents. Il faut prévoir tous les scénarios pour être prêts à les affronter ensemble : chômage, décès, séparation. Un notaire me disait que, paradoxalement, les couples qui, au moment de se marier, évoquent leur séparation, sont généralement ceux qui se séparent le moins : ils ne sont pas dans le non-dit, ils ont l’'habitude de se parler, même de sujets qui dérangent.

■ Sur le site serviteurs.org, découvrez un questionnaire fouillé pour se préparer au mariage chrétien et des propositions de retraite.
■ Créé par un prêtre et des laïcs, le site fiancailles.org apporte des réponses sur les fiançailles, le mariage, le célibat, le concubinage, l'amour, la sexualité...

Double page mariage

Retrouvez dans Pèlerin n°6728 du jeudi 10 novembre 2011, un article de quatre pages "Un mariage, ça se prépare". Notre journaliste Sabine Harreau a rencontré Pierre et Aline, 30 ans, qui ont décidé de s'unir devant Dieu et confrontent leurs visions du mariage. Les spécialistes Christophe Giraud et Antoine d'Audiffret livrent leur éclairage. On y retrouve aussi une interview de Claude Schneider, président de la Fédération nationale des association de Centres de préparation au mariage.

Trouvez Pèlerin chez le marchand de journaux le plus proche de chez vous (entrez "Pèlerin" puis votre adresse postale). 

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 12 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières