Le mariage religieux est-il un droit ?

agrandir Le mariage religieux est-il un droit ?
Le mariage religieux est-il un droit ? © Corinne Simon/Ciric
Le mariage religieux est-il un droit ?
Le mariage religieux est-il un droit ? © Corinne Simon/Ciric

Dans la continuité du mariage civil, les couples se tournent de plus en plus vers l'Église pour rendre solennelle leur union. Pour certains, le mariage religieux est un sacrement important voire indispensable dans leur vie. Mais tout est question de foi...

À propos de l'article

  • Créé le 25/09/2013
  • Modifié le 25/09/2013 à 12:00
  • Publié par :Gwénola de Coutard
  • Édité par :Marine Bisch

► Non, pas au sens juridique

« Se marier à l'église, c'est d'abord une question de foi, pas une question de droit », prévient le P. Jacques Letellier, du diocèse de Bayeux-Lisieux. Comme pour beaucoup de prêtres, la préparation du mariage religieux est à ses yeux l'occasion de s'adresser à une population de plus en plus éloignée de l'Église.

« Je ne rencontre les fiancés que trois fois avant la célébration. C'est peu, mais on ne peut pas refuser le mariage à l'Église à deux baptisés. Ce sont eux qui se donnent ce sacrement : le prêtre n'en est que le témoin. Mais si on ne les sent pas prêts, on peut leur conseiller d'attendre, ou de prendre un temps de retraite. » Car le mariage religieux est bien un sacrement indissoluble : il fait entrer l'amour humain dans une réalité plus vaste, l'amour de Dieu.

► Un sacrement à revaloriser...…

Selon un sondage TNS Sofrès pour Pèlerin en 2009, les catholiques divorcent autant que la moyenne des Français (17 %), et se remarient dans les mêmes proportions (5 %). Mais si le code civil permet le divorce, le droit de l'Église, lui, l'interdit, accordant seulement la possibilité de reconnaître comme nul, à certaines conditions, le mariage religieux.

Ce type de demande est en augmentation, mais demeure infime. Marier moins, pour marier mieux : c'est tout le sens du discours qu'a tenu le pape, le 22 janvier 2011, devant les juges de la rote romaine (un des trois tribunaux de l'Église, NDLR). Pour y parvenir, certains, comme le théologien Xavier Lacroix (1), prônent un renforcement de la préparation. D'autres, à l'instar du P. Nicolas de Brémond d'Ars (2), sociologue, sont partisans d'un mariage religieux en deux temps : dix ans de vie commune, suivis d'un sacrement.

…...grâce au mariage civil ?

De nombreux couples, déçus par la rapidité et la sobriété du mariage civil, se tournent vers l'Église pour rendre plus solennelle leur union. Pourtant, le cérémonie civile n'en est pas moins la source d'un engagement à ne pas négliger. C'est pourquoi des associations aident les couples à en faire une cérémonie personnalisée.

Précurseurs en la matière, Antoine et Chantal d'Audiffret ont fondé il y a huit ans Cap Mariage, qui accompagne près de 200 couples par an. Ils insistent sur le caractère non confessionnel de leur démarche, mais en sont convaincus : « La société civile doit prendre en charge les aspects humains pour que l'Église puisse se concentrer sur le sacrement. »

(1) Auteur de Le mariage, tout simplement, Éd. de l'’Atelier, 1999, 143 p. ; 17 €€.
(2) Auteur de Catholicisme, zones de fracture, Éd. Bayard, 2010, 204 p. ; 19 €€. 

Sur le site touslesmariages.com, retrouvez les formalités administratives du mariage religieux catholiques et des aides pour se préparer à cette cérémonie : écrire une lettre d'intention, la bénédiction nuptiale...

Le site Croire.com livre des conseils pratiques et des adresses utiles pour bien préparer votre mariage. Il propose des exemples de textes, de chants, de psaumes... pour la célébration religieuse.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 avril 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières