Laura Morosini booste l'écologie dans l'Église

agrandir Un label "Église verte" pour promouvoir l'écologie dans les paroisses.
Un label "Église verte" pour promouvoir l'écologie dans les paroisses. © Marino Degano
Un label "Église verte" pour promouvoir l'écologie dans les paroisses.
Un label "Église verte" pour promouvoir l'écologie dans les paroisses. © Marino Degano

À l’occasion du mois de prière pour la Création, les Églises de France lancent le label « Église verte ».  Portrait de Laura Morosini, qui a consacré beaucoup d'énergie à cette opération.

À propos de l'article

  • Créé le 14/09/2017
  • Publié par :Dominique Lang
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    7033 du 14 septembre 2017

C’était, il y a quelques années, au centre spirituel orthodoxe de Sainte-Croix (Dordogne). « La session rassemblait des personnes en quête de spiritualité et de vie alternative, raconte Laura Morosini. Et me voilà participant, un peu par hasard, à un atelier de fabrication du pain. » L’expérience est presque une révélation lorsqu’elle apprend que le levain naturel utilisé provenait d’une communauté de sœurs de Syrie qui entretenait ce patrimoine naturel depuis des siècles.


« Ce jour-là, j’ai failli décider de devenir boulangère, tellement ce symbole était fort ! »


« Ce jour-là, j’ai failli décider de devenir boulangère, tellement ce symbole était fort ! » Mais d’autres expériences en décideront autrement. D’abord, le souvenir du sens inné de l’injustice transmis par sa maman, très engagée. En grandissant à Monaco, au milieu d’une fratrie de cinq, ­Laura y fit ­l’expérience d’un « monde où la vie des riches faisait rêver des gens ordinaires au point de se ruiner pour leur ressembler ! »

Et puis, il y eut ses études à Sciences-Po Bordeaux (Gironde). « Je me souviens surtout y avoir beaucoup lu, notamment Thomas More et son Utopie. J’y ai découvert aussi Jacques Ellul, ce penseur protestant, précurseur de la pensée écologique en France, très critique de la technologie moderne. »

Sans oublier Bernard Charbonneau, entendu de vive voix dans une abbaye où Laura s’était retrouvée par erreur. « Tout s’est mis en place en écoutant cet instituteur philosophe et engagé : mon sens de la justice et de la beauté, mon goût pour la nature et l’envie concrète d’agir. » Après une spécialisation en droit de l’environnement, celle qui est devenue aussi maman de deux filles et épouse d’un géographe-ingénieur, a tenté tout un temps, bénévolement, de mobiliser aussi les milieux d’Église sur ces urgences.


« Tout s’est mis en place en écoutant cet instituteur philosophe et engagé : mon sens de la justice et de la beauté, mon goût pour la nature et l’envie concrète d’agir. »


Mais ni l’appel aux évêques lancé en 2011 ni la mobilisation du réseau jésuite Communauté de vie chrétienne (CVX) n’ont vraiment changé la donne. Pour avancer malgré tout, avec quelques amis, elle a fondé l’association Chrétiens unis pour la Terre (1), qui propose notamment de vivre un temps de Carême sans viande ni poisson. En paroisse, du côté de Ménilmontant (Paris XXe), Laura multiplie aussi les initiatives sur la gestion des déchets, le tri collectif, etc. « De quoi solliciter le meilleur des capacités des uns et des autres dans une assemblée. »

Après quinze années de vie professionnelle passées au service des pouvoirs publics sur les questions de développement durable, le temps est venu pour elle de voler de ses propres ailes. Avec, comme tour de chauffe, la mobilisation des Églises françaises pour la COP21 et la participation à l’organisation des 2es Assises chrétiennes de l’écologie à Saint-Étienne (Loire).


Le label Église vert : « Un outil pratique et progressif »

Désormais autoentrepreneure, Laura met toute son expertise au service des paroisses, des mouvements et des diocèses. Elle a fortement contribué à l’élaboration du nouveau label œcuménique « Église verte » (2), lancé officiellement le 16 septembre. « Un outil pratique et progressif permettant aux communautés qui le désirent d’enclencher une dynamique d’écoresponsabilité. » Dix églises et temples sont déjà sur les rangs. En attendant tous les autres que Laura se fait fort de rencontrer et d’encourager.

(1) chretiensunispourlaterre.wordpress.com
(2) www.egliseverte.org



Un hors-série de Pèlerin sur l'encyclique Laudato si’

Et si l’encyclique Laudato si’ du pape François, publiée il y a deux ans, était bien un texte décisif pour toute une génération de chrétiens (et de non-chrétiens) ? Et si ce texte n’était pas qu’un simple état des lieux mais surtout un processus de conversion pour aider chacun à se mettre en route ? Et si les ouvertures de l’encyclique pouvaient stimuler l’engagement solidaire et humain de nos paroisses et de nos mouvements ?

couv HS Laudatosi

Ce sont quelques-unes des intuitions qui ont accompagné l’élaboration du nouveau hors-série Pèlerin.

Au commentaire des sept étapes de l’encyclique, s’ajoutent sept témoignages d’hommes et de femmes déjà engagés et convaincus, eux aussi, que sur notre Terre « tout est lié ». Une lecture et un outil pédagogique à mettre entre toutes les mains. D. L.

Génération Laudato si’. 7 étapes pour se mettre en marche, hors-série Pèlerin, Éd. Bayard, 56 p. ; 7 €.


Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 octobre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières