Mohammed Taleb, "Une occasion, pour chaque communauté religieuse, de relier écologie et spiritualité"

agrandir Mohammed Taleb, philosophe écologiste musulman.
Mohammed Taleb, philosophe écologiste musulman. © DR
Mohammed Taleb, philosophe écologiste musulman.
Mohammed Taleb, philosophe écologiste musulman. © DR

Réaction de Mohammed Taleb, philosophe écologiste musulman, suite à la publication de Laudato Si, la première encyclique d’un pape consacrée à notre rapport à l’environnement.

À propos de l'article

  • Créé le 18/06/2015
  • Publié par :Gwénola de Coutard
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6917 du 25 juin 2015

" Ce qui me frappe dans ce texte, c’est son insistance sur la nécessité de dépasser une approche purement environnementaliste de l’écologie.

L'idée de fond, c'est qu’il ne peut y avoir de sauvegarde de la Maison commune, de la terre, sans reconnaissance de la condition humaine, et sans la défense de la dignité des plus pauvres.

L'Encyclique a un évident caractère politique, avec son éloge de la justice, sa dénonciation des pouvoirs économiques et financiers, son affirmation du droit des peuples. Venu du tiers-monde, le Pape François s'inspire largement de la théologie de la libération.

C'est ce qui fait que son écologie intégrale, à la fois politique, sociale, culturelle et spirituelle, prône un chemin de libération collective.  

Avec ce texte, le pape lie l'écologie et la spiritualité chrétienne. J’y vois une occasion pour que chaque communauté religieuse fasse de même, en faisant surgir de son propre patrimoine spirituel une écologie singulière.

Cela me touche, car, comme philosophe musulman, c'est ce à quoi je me consacre : contribuer à l'essor d’une « théologie islamique de la Nature vivante », elle-même liée à une " théologie musulmane de la libération ".

Dans mon esprit, cette parole fondée en islam repose sur ce que j'appelle les " Trois J " : " Justice sociale-Justice écologique-Justesse intérieure ". Je me réjouis de retrouver, sous d’autres termes, ce triptyque dans l'Encyclique.

 Non-chrétien, je ne me prononcerai pas sur la dimension christologique et biblique de ce texte, mais je partage la vision d’une humanité " gardienne " et non propriétaire de la Création."

Derniers ouvrages parus
 Éloge de l’Âme du monde, éd. Entrelacs, 140 p., 17 €
 Nature vivante et Âme pacifiée, éd. Arma Artis, 248 p., 30 €

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières