L’encyclique ? Une claque !

agrandir Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin.
Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin.
Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin.
Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin.

Depuis la publication de Laudato Si, Anne Ponce, directrice de la rédaction, observe avec étonnement les réactions autour de cette encyclique.

À propos de l'article

  • Créé le 24/06/2015
  • Publié par :Anne Ponce
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6917 du 25 juin 2015

Je trouve cela vraiment étrange.

 Le concert de louanges qui a salué l’encyclique du pape François ? Trop beau pour être vrai.

 Les applaudissements venus de tous bords ? M’est avis que cette unanimité ne va pas durer.

Car une chose est sûre, l’encyclique Laudato si’ sur « la sauvegarde de la maison commune » est tout sauf consensuelle. Le texte plaide pour l’écologie, ça oui ! Mais pas au sens où il serait un gentil mode d’emploi pour savoir quoi mettre dans la poubelle jaune ou dans la poubelle verte.

► Son. L'édito d'Anne Ponce. Source: RCF

 

«Le sol, l’eau, les montagnes, tout est caresse de Dieu », lit-on dans un passage poétique.

 Mais dans l’ensemble, la tonalité du texte est rude, prenant évidences et habitudes à rebrousse-poil. Car l’écologie selon le pape François est une « écologie intégrale », mots choisis pour signifier que « tout est lié » comme le souligne le texte à plusieurs reprises.

 « Tout est lié » : la crise écologique et la crise éthique, culturelle et spirituelle de la modernité.

« Tout est lié » : nos relations avec nous-mêmes, avec les autres et avec la nature. « Tout est lié » : le saccage des ressources naturelles, la dérive consumériste de nos sociétés et le mépris pour les plus pauvres et les plus fragiles.

Donc oui, le concert de louanges est étrange.

Je fais l’hypothèse que certaines personnes ont commenté le texte à chaud sans l’avoir lu intégralement ; le document de 200 pages n’est en effet pas si facile à étudier.

Or quand on l’a lu, on mesure sa cohérence et son implacable exigence. En particulier pour nous, habitants des pays riches : notre mode de vie est complètement à revoir.

Dire par exemple que la planète est « notre maison commune » est une belle expression littéraire mais… dans l’idée du pape François, elle nous invite clairement à traiter autrement les migrants qui traversent la Méditerranée et se présentent à la frontière entre Vintimille et Menton.

 Donc non, ce texte n’est pas du tout consensuel. Quelques-uns ont d’ailleurs commencé à s’en rendre compte, comme ce conservateur américain qui a qualifié le pape d’« homme le plus dangereux de la planète ».

Prenez donc garde vous aussi : après avoir lu le texte, vous risquez, comme moi, de ne plus regarder de la même façon votre poubelle verte et votre poubelle jaune…

Vos commentaires

1 Commentaire Réagir

Laudato si

Albe46 25/06/2015 à 11:23

Tout à fait d'accord pour être étonné du peu de critiques des responsables politiques, mais, l'ont-ils lu ? Ce n'est pas toujours facile à étudier, même si le message est clair : Il faut changer le système économique ! Par moment c'est ... lire la suite

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières