José Bové, député européen, " J’espère que la parole du pape sera entendue "

agrandir « Le pape est en train  de renverser les tables dans  le Temple. » Telle a été  la première réaction de José Bové lorsqu’il a découvert Laudato si’.
« Le pape est en train de renverser les tables dans le Temple. » Telle a été la première réaction de José Bové lorsqu’il a découvert Laudato si’. © IP3 PRESS/MAXPPP / Guillaume BONNEFONT
« Le pape est en train  de renverser les tables dans  le Temple. » Telle a été  la première réaction de José Bové lorsqu’il a découvert Laudato si’.
« Le pape est en train de renverser les tables dans le Temple. » Telle a été la première réaction de José Bové lorsqu’il a découvert Laudato si’. © IP3 PRESS/MAXPPP / Guillaume BONNEFONT

Député Europe Écologie Les Verts au Parlement européen, José Bové considère l’encyclique Laudato si’ comme une étape importante dans le combat écologique mondial.

À propos de l'article

  • Créé le 22/06/2015
  • Publié par :Véronique Badets
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6917 du 25 avril 2015

Pèlerin. L’encyclique du pape François s’adresse à « tous les hommes et à toutes les femmes de bonne volonté ». Vous êtes-vous senti interpellé ?
José Bové. Le pape est une personnalité dont la parole dépasse le cercle des croyants. Celle qu’il énonce aujourd’hui est universelle dans la mesure où il s’agit de la vie de tout un chacun et de l’avenir de notre « maison commune ».

Il y a bien longtemps, quand je me suis lancé dans le combat pour l’objection de conscience et contre la bombe atomique, je me suis senti interpellé par l’encyclique Pacem in terris. Ce texte a compté parmi les fondements de mon engagement non-violent.

Aujourd’hui, je lis cette nouvelle encyclique dans la continuité de Pacem in terris : le combat écologique, c’est l’autre volet du combat pour la paix.

Elle résonne avec ce que je pense et ce que j’ai fait. Pour moi, c’est une parole importante.

Il y a souvent une méfiance entre écologistes et catholiques. Ce texte peut-il aider à y mettre fin ?
J.B. Le monde catholique est très varié et ne peut être caricaturé par les positions prises par certains. De même, au sein de la mouvance écologique cohabite une grande variété de provenances.

Beaucoup de gens sont ­ainsi issus de mouvements chrétiens de jeunesse.

Ce qui est intéressant avec l’écologie, c’est qu’elle dépasse les clivages philosophiques et politiques.

Autour des menaces qui pèsent aujourd’hui sur la planète, tout le monde peut se retrouver.

Ceci dit, le pape a des paroles qui sont tout sauf tièdes. Son interpellation ne concerne pas seulement les sphères personnelles. Il appelle à changer radicalement la structure économique et financière du monde.

Cette encyclique va fâcher beaucoup de monde. En Argentine ou au Brésil, où beaucoup de grands propriétaires terriens, notamment catholiques, ne vont pas apprécier ce que dit le pape sur le droit des paysans. De même ici, en Europe, quand il parle de la nécessaire décroissance des pays riches.

Le soir où j’ai découvert cette encyclique, j’ai pensé :


 Le pape est en train de renverser les tables dans le Temple.  Il balaye les fondements du monde actuel, qui n’est plus tenable.

Ce faisant, il appelle à une nouvelle alliance pour construire quelque chose de neuf.

Le pape met en avant une « écologie intégrale », qui respecte autant l’homme que le reste du monde vivant. Vous-même êtes l’un des rares écologistes en France opposé à la gestation pour autrui (GPA) et à la procréation médicalement assistée (PMA). Pour quelles raisons ?
J.B. J’ai toujours adhéré à l’idée que l’écologie ne peut pas se couper en tranches. Je refuse toute manipulation artificielle du vivant qui a pour objectif de le modifier en fonction d’intérêts économiques ou eugénistes.

Il y a une cohérence entre mon combat contre les OGM, celui que je mène actuellement au Parlement européen contre le clonage et mes prises de position contre la gestation pour autrui (GPA).

Cette réflexion ne se limite pas à la GPA. Elle intègre tout ce qui, à partir des différentes techniques de la PMA, amène à une artificialisation du vivant et à des formes de sélection des personnes. Ces techniques conduisent à une société qui pratique soit l’eugénisme, soit le transhumanisme.

C’est pourquoi je me retrouve assez dans les passages de l’encyclique où le pape François remet en cause le poids de la technique qui, liée à la finance, impose sa règle partout. Ce n’est pas à elle en effet de dicter à la société sa façon de vivre.

Un passage de l’encyclique concerne justement les OGM. Qu’en avez-vous pensé ?
J.B. Le pape évoque les cultures d’OGM en dénonçant « la concentration des terres productives entre les mains d’un petit nombre » qu’elles engendrent. Il les aborde ainsi à travers l’angle de leur impact socio-économique.

Mon regret est qu’il ne se prononce pas plus directement sur la manipulation génétique du vivant, et des plantes en particulier.

Cela nécessiterait à mon sens un éclairage ultérieur, car on sait que la question des OGM continue de faire débat au Vatican.

Pensez-vous que ce texte peut avoir un poids politique ?
J.B. Cette parole du pape n’est pas hors-sol : elle s’inscrit dans un moment historique précis, à quelques mois du sommet de Paris qui doit aboutir à un accord mondial pour freiner le réchauffement climatique.

J’espère qu’elle sera entendue par les négociateurs mais surtout qu’elle sera reprise par les citoyens, qu’ils soient catholiques ou pas, comme faisant partie d’un combat commun. À partir de cette encyclique, les catholiques doivent s’inscrire dans l’ensemble du mouvement de défense de la planète.

L’important n’est pas de savoir d’où on vient mais où on va. Car l’humanité entière est concernée par le dérèglement climatique. Même si ce sont les plus pauvres dans les pays les moins avancés qui sont déjà les plus affectés.

Vos commentaires

1 Commentaire Réagir

C'est bien ...

rodgers 24/06/2015 à 19:08

C'est bien de lire José Bove à l'unisson du pape .. L'humanité avance avec des hommes de bonne volonté ... Merci aux deux ...

Paru le 19 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières